La Cène de Léonard de Vinci par Nicolas Poussin
«La peinture n'est autre qu'une idée des choses incorporelles »
Nicolas Poussin


http://files.newsnetz.ch/story/1/0/4/10439799/11/topelement.jpg 

La Cène de Léonard de Vinci par Nicolas Poussin

https://lh3.googleusercontent.com/-cUvEpvdF5d8/UG2BanDTVBI/AAAAAAAAAHE/13JT_IdRxUk/w800-h800/%2525C3%25259Altima_Cena_-_Da_Vinci_5.jpg5




1- La Cène version Poussin ou les Miroirs Politico-religieux

La scène a visiblement changée, la maison renaissance a cédé sa place à un décor baroque, un palais avec de nombreux piliers alignés menant à une ouverture, une porte sans battant qui laisse entrevoir un paysage montagneux et aquatique assez obscure.
Si chez Vinci, la porte et les deux fenêtres représentaient la Trinité, ici elle a été réduite à UN.

Le niveau de la table est monté. Une Jarre et un pichet sont sur le sol devant elle. Sur la nappe il y a moins d´éléments , mais plus repartis, plus ordonnés. Trois assiettes manquent et il n´y a que deux verres pour 13 personnes. Deux bougeoirs, dont les cierges seraient déjà consommés et éteints. Le nombre de pains est plus réduit sur cette table aux plats encore vides. Les aliments se trouvent devant Jésus, placés en rond autour d´un centre rouge, présentation religieusement  planétaire ! Tout tourne autour d´un personnage, mais sans lui….l´Axe, le Point Fixe.
 
Que deux coupes de vin…

Gardant les gestes et poses des personnages de Léonard de Vinci, Poussin utilise moins de couleurs. Au bout de la table, à gauche des vêtements en bleu, à droite le rouge l´emporte.

Mais l´ambiance est différente chez Vinci, malgré la détérioration du fresque, l´action converge vers le centre, vers Jésus- Christ, tandis qu´ ici les deux extrêmes opposés se regardent. Il n´y a que deux clans qui boivent à deux sources, deux coupes de vin différentes, procédant d´une même jarre ? Jésus semble impuissant devant les trois uniques personnages qui se tournent vers lui avec des gestes de mécontentement.

Remarquez que tous les personnages portent des sandales, sauf un ! qui chausse des souliers ! le chauve en tunique blanche et cape rouge, très papale… mais sans les sandales de Pierre.

Les couleurs des compagnons des personnages placés aux deux extrêmes sont inversées.
Ainsi  à côté de celui qui se tient debout, tout de bleu vêtu, suit un barbu capé d´ écarlate et tunique marine, puis un homme d´ocre vêtu et drapé de céleste. Leurs opposés se retrouvent entourant le personnage chaussé. Des ambassadeurs.


Judas d´un bleu plus délavé, presque gris, tient sa bourse et tend sa main vers le verre de vin rosé, sa cape est vermeille .
Pierre aussi farouche que chez Léonard est vêtu d´un bleu verdâtre comme  le drapé de Jean-Madeleine.

Jésus en tunique rouge drapée de bleu marque le centre, à sa gauche trois personnages en ocre et beige.

Comme nous avons déjà constaté, avec l´étude de ses mécènes et  l´ambiance socioculturelle, le courant politico-religieux de l´époque se reflète  sur les toiles de Poussin, surtout représenté par les couleurs, regardons cette Cène sous cet angle.

A droite nous aurions le Pape, face à celui-ci le roi de France, par ce bleu « bourbonique ». Près d´eux les ambassadeurs des pôles opposés. Tous se disputent à propos de Jésus, les uns comme héritiers de ses idées et principes,  les autres sur sa descendance sanguine : d´où la question Jean ou Marie Madeleine ?

Le blanc ne se retrouve que sur la chemise de Judas, qui ressemble à Spada, ce cardinal qui passa l´enjeu au royaume des Autriche durant la visite de Velázquez, chevalier de Santiago. D´ailleurs spada  veut aussi bien dire épaule en italien,  qu´épée. Cet enjeu mis sur le trône du Vatican le successeur d´Innocent X, le future pape, Alexandre VII. Ces deux là firent des bulles anti- jansénistes.


Marie Madeleine, ressemble à une reine, ennemie, haïe, manipulée puis soumise à son destin,  au silence. En « sainte » Compagnie avec un traître et un tourmenté menaçant. Suivons la chaîne des mains, elle arrive jusqu´au personnage à la cape rouge qui siée à côté de celui qui se tient debout , droit et étudie son opposé…qui étudie droit…un avocat ? Une chaîne de secrets, de confessions, la Sainte Compagnie, lors du  premier saint Sacrement de l´Eucharistie, celui qui s´instaura lors de la Dernière Cène.

 

Judas est le personnage plus retouché par Poussin par rapport à Vinci. Sa bource est ici visible, comme chez Léonard qui l´a  assit à droite du Seigneur. Mais est-ce une bourse ou une fronde ? Cette fronde qui envoya la reine en exil, tandis que Fouquet régnait à Paris. Fouquet, chargé des finances, comme le fut Judas, était aussi de la Compagnie.

Et puis il y a le groupe aux couleurs terreuses, plus naturelles, plus proches de la terre, des roseaux pensants comme dirait Pascal. La dispute entre gallicanisme, jansénisme et jésuitisme sûrement. Les débats suscités par l'interprétation de l’augustinisme ont largement contribué aux conceptions modernes de la liberté et de la nature humaine. Saint Augustin qui est si souvent représenté en cape dorée ou ocre. Le problème de la liberté personnelle ou de la prédestination de l´homme est source de dispute à cette époque. C´est un peu le problème de Gulliver et de la cassure de l´œuf.

Tous trois demandent à Jésus, mais il n´y a pas de réponse. Deux semblent plus féroces, l´autre ouvre son cœur.



http://auto23652.a.u.pic.centerblog.net/866385ab.jpg
L´Eucharistie de Poussin
Le calice qui est bien posé sur la table, semble pourtant se tenir sous la main de Jésus.
Les ombres sont bizarres. Les 12 sont encore présents.


http://render.globalgallery.com/images/282691--600.jpg 
Sacrement Eucharistique de Poussin
 Ici Judas sort de la scène. Remarquez le manque de lumière.( éclairée ici )

http://www.fineart-china.com/upload1/file-admin/images/new24/Nicolas%20Poussin-367767.jpg
Récollection de la manne de Poussin

 
Travail exécuté à Rome et commandé par Paul Fréart de Chantelou .

Le sujet biblique est tiré de l'Exode. Les Israélites reçoivent la manne céleste de Dieu qui les sauve de la famine.

Le miracle est ici interprété comme une préfiguration de l'Eucharistie, représentée sous la forme d'une pluie d'hosties.


Poussin copie Vinci, alors qu´il fit deux autres Cènes pour ses Sacrements, mais il plagia celle de Léonard tout en changeant l´essence de cette œuvre. Pourquoi ?

Vinci, est l´exemple par excellence de l´homme de la Renaissance, un humaniste. L´humanisme, est cette philosophie qui place l'être humain et les valeurs humaines au centre de la pensée, elle naquit à son époque en Europe et se prolongea jusqu´au XVIºs. L'humanisme se caractérise par un retour aux textes antiques, et par la modification des modèles de vie, d'écriture et de pensée. Donc on peut conclure que Poussin fut un humaniste.

Au sens moderne, cette philosophie désigne toute pensée qui met au premier plan de ses préoccupations le développement des qualités essentielles de l'être humain et qui dénonce ce qui l'asservit ou le dégrade.

L'humanisme est en principe ouvert à tous, mais en réalité il est réservé à l'élite sociale du moment, le peuple n'en a pas vraiment conscience et reste encore imprégné des idées moyenâgeuses. Car même avec l'apparition de l'imprimerie, les livres restent encore très chers et le peuple ne sait pas lire.

L´enseignement est donc important, celui-ci se trouve entre les mains des jésuites et des jansénistes, qui se le disputent. En fait c´est la guerre entre ses deux courants de pensée qui vont se détruire mutuellement.

 

Cet humanisme donnera naissance au Siècle des Lumières, qui tire son nom du mouvement intellectuel, culturel et scientifique connu sous le nom de Lumières.

 

Lumière qui brille au centre de cette Cène ci-jointe de Nicolas Poussin.

Ce Siècle Eclairé, qui correspond avec le Baroque du décor, dont la chronologie commence officiellement à la révolution anglaise de 1688 (168); comme la Renaissance débute, d´après les livres scolaires à la découverte des Amériques par Colon en 1492 ! mais ce n´est qu´une référence, les révolutions se manifestent bien avant d´éclater.

On trouve dès les années 1670, la mention de « siècle éclairé » dans certains écrits historiques et/ou philosophiques relatant les expériences et les progrès scientifiques de cette époque.

On ne peut alors que se rappelait le procès de Galileo Galilei devant le tribunal ecclésiastique. L´église, elle aussi est augustine. Saint Augustin, de son temps, se moquait de la théorie des antipodes et expliquait qu'il vaut mieux faire confiance aux hommes de foi pour les questions de dogme et à Aristote, donc à son idée de Terre plate centre de l´Univers, pour les questions concernant la nature. Plus de mil ans plus tard on en était au même point ! malheur à qui contredira Aristote. L´Inquisition tombera sur lui, pauvre hérétique. Rappelons ici que Raphaël sur son
Ecole d´Athènes représenta au centre accolé et opposé à Aristote qui désigne le Bas, Vinci comme Platon qui montrant lui le Haut.

Rome freine l´avancée de cette Lumière, ce savoir qui mène à la vérité.  [[

Rien ne meurt, tout se transforme : Ainsi l´ humanisme, rendu possible grâce au  protectorat des mécènes, face à la censure de l´Eglise catholique, se transformera en faisceaux lumineux qui éclaireront la Révolution.

Lorsque les Médicis abandonnèrent Galilée à son sort, adouci il est vrai, par la surveillance amicale du pape Barberini, ils marquèrent la fin de l´esprit de la Renaissance, mais pas celle de l´humanisme qui persévéra bien que plus discret.

On peut se demander, chose qu´un janséniste affirmerait, si tout ceci ne fut pas orchestré à l´avance ? L´abandon de l´astronome italien fut-il voulu, désiré, nécessaire pour forcer  les esprits à se mouvoir, à avancer vers la vérité ?

L´Eglise se trompait, faisant ainsi de Galilée un martyr scientifique, sur un fait démontrable que dire alors de son interprétation des Ecritures ? Rome n´est plus infaillible !

Jansénistes et jésuites tenaient l´enseignement, ils s´annulèrent les uns aux autres. Les gallicans contre les ultramontains, c´est à dire les Jésuites, les ligueurs et les dévots. Le gallicanisme se détacha de la papauté et adopta la Constitution civile du clergé. Ce qui fait des membres du clergé des fonctionnaires salariés par l'État sous réserve de prêter un serment de fidélité à la constitution républicaine. La Révolution mit fin au joug de d´Eglise. Peut-on s´étonner si quand l´état français refusa de payer son clergé un certain Bérenger Saunière se déclara ouvertement monarchiste ?

Donc les 3 personnages à gauche de Jésus, notre droite, vont recevoir l´illumination par approche du Christ et de son message originaire, mais aussi par la lumière qui ouvre les yeux, comme il est habituel chez Poussin, celle qui entrera par la porte ouverte, l´aube, puisque les cierges sont consommés.  Les Humanistes illuminés ce sont les Illuminati .
 
Ces humanistes, ces mécènes, et leurs artistes  sont  les lutteurs de Dieu.




2- La Copie de Poussin à Travers la Gématrie et le Tarot
 

Le Dialogue des Morts

 


LÉONARD : ­Oui vraiment, un petit peintre français qui fut contraint de quitter sa patrie pour aller gagner sa vie à Rome !

POUSSIN : Ho ! Puisque vous le prenez par là, vous n’aurez pas le dernier mot. Hé bien ! Je quittai la France, il est vrai, pour aller vivre à Rome, où j’avais étudié les modèles antiques, et où la peinture était plus en honneur qu’en mon pays : mais enfin, quoique étranger, j’étais admiré dans Rome. Et vous, qui étiez italien, ne fûtes-vous pas obligé d’abandonner votre pays, quoique la peinture y fût honorée, pour aller mourir à la cour de François Ier ?

LÉONARD : Je voudrais bien examiner un peu quelqu’uns de vos tableaux sur les règles de peinture que j’ai expliquées dans mes livres. On verrait autant de fautes que de coups de pinceau.…………….

LÉONARD : Je ne connais pas assez le tableau de Phocion pour le comparer. Je vois que vous avez assez étudié les bons modèles du siècle passé et mes livres ; mais vous louez trop vos ouvrages…..

                                                                                                                                                       
POUSSIN : Je l’avoue : mais vous devez avouer aussi qu’il paraît par là que je n’ignore point vos règles que vous vantez tant.

Dialogue des morts de Fénelon à l'intention du jeune duc de Bourgogne dont il avait été nommé précepteur en 1689 par Louis XIV.

 


 "La peinture est une Poésie Muette"

Poussin eut-il accès aux manuscrits de Léonard de Vinci ? Pour cela suivons la piste de ces écrits :

De 1505 à 1513, Léonard entreprend alors un formidable travail de remise en ordre de tous ses documents. Il structure entre autres, un Trattato della pittura ainsi que De ombre e lume et des recueils sur l'anatomie, les mathématiques, l'hydraulique et l'optique. ( voir autoportrait de Poussin « E LVMINE ET COLORE » )

A sa mort, en 1519, Léonard lègue par testament tous ses manuscrits, instruments et portraits relatifs à son art et au métier des peintres à son disciple Francesco Melzi.

Peu de temps après Francesco Melzi retourne en Italie emportant les manuscrits de Léonard de Vinci, qu’il conserve dans la villa familiale, à Vaprio d’Adda. Il s’efforce alors de tirer de ces manuscrits le Traité de la peinture (Trattato della Pittura) que Léonard avait projeté toute sa vie d’écrire.

Pour cela il les dote de sigles alphabétiques, note d’un petit cercle chacun des passages qui lui semblent susceptibles d’y figurer, puis écrit « rien sur la peinture » sur les pages qu‘il juge sans rapport avec son projet, et engage deux scribes chargés de les recopier. Ce travail « très avancé, mais inachevé », sous la référence Codex Urbinas latinus 1270,
[] entre à la Bibliothèque des ducs d’Urbino puis au Vatican. Certains contemporains en ont eu connaissance comme l'indique Vasari en 1568 dans son livre La Vie de Léonard.

Sur ce Codex d´Urbinas Latinus nommé aussi "La peinture est une poésie muette" Léonard ne s'en tient pas qu´aux considérations sur la technique et la théorie de la peinture. Il poursuit sur sa vision de la vie.

Léonard de Vinci s’intéresse dans ce traité à l’essence même de la peinture dans laquelle il décèle une manifestation divine. « Ecoutons-le » :
 «  Le caractère divin de la peinture fait que l’esprit du peintre se transforme en une image de l’esprit de Dieu ; car il s’adonne avec une libre puissance à la création d’espèces diverses : animaux de toute sorte, plantes, fruits, paysages, campagnes,…. » Le don divin ne peut être que créatif !



Flore, par Francesco Melzi. Le tableau est aussi appelé Colombine à cause de la fleur d’ancolie

( colombine signifiant ancolie en anglais ), symbole de fertilité que le personnage tient entre ses mains.
Notez que MELancolie = Fertilité ( Voir Dürer, l´Alchimiste )
Couleurs : Jaune = 4 terrestre et 6 = lien Haut et Bas, spirituel

 

C'est en 1651 que les extraits qui forment le Traité de la peinture furent publiés pour la première fois sous ce titre : Trattato della pittura di L. da V. nuovamente dato in luce con la vita dell' autore da Raphaël du Fresne (Parigi, 1651, in-fol.). Ce traité, compilation de divers fragments des manuscrits, fut aussitôt traduit en français par Friart de Chambray. L'édition a été faite d'après deux copies manuscrites, l'une qui est aujourd'hui à la bibliothèque Ambrosienne, l'autre à la bibliothèque BARBERINI. Il existe à la bibliothèque du Vatican une copie dont l'écriture paraît du XVIe siècle (Codex Vaticanus), attribuée à Melzi.

Au début du XVIIe siècle, Leoni récupère une partie du travail effectué par Melzi sous la forme d'une dizaine de volumes. Il en revend une partie en Espagne à LORD ARUNDEL ( mécène de Van Dyck ) et en Italie. Ensuite, il constitue par collage et découpage des textes originaux, le Codex Atlanticus. Cet ensemble de documents comprend des notes et des schémas techniques désignés sous le titre Disegni di macchine e delle arti secrete di Leonardo da Vinci.

Ce codex ainsi que d'autres documents parviennent par donation à la Bibliothèque Ambrosienne à Milan. Un autre ensemble d'écrits surtout d'intérêt artistique, acheté par Lord Arundel se trouve aujourd'hui dans les collections de Windsor en Angleterre !

Retenons donc que la première parution d'une œuvre écrite de Léonard fut faite en 1651 avec le Trattato della pittura , un des rares ouvrages qu'il avait préparé de son vivant en vue d'une possible publication.

Notons cependant, pour ceux qui n´ont suivi jusqu´ici, que
Dürer connut personnellement Léonard, que Van Dyck voyagea en Italie en vue de limer son apprentissage que le Comte d´Arundel et sa femme, dont il fit les portraits, furent ses principaux mécènes … et pour Poussin, habitant Rome ? Il eut un ami et mécène du nom de Cassiano Dal Pozzo.

Cassiano dal Pozzo s´inspira du Codex Barberinus 832
pour imprimer un traité de l´Art illustré par Nicolas Poussin. ( lire Poussin  et l´Anatomie ou  Il Trattato Della Pittura Di Lionardo Da Vinci)

[



L´Académie des Lynx


Revenons à Poussin et son ami de longue date et mécène Dal Pozzo, Secrétaire du cardinal Francesco Barberini, qui aida l´artiste lors de son arrivée à Rome. Cassiano était aussi antiquaire collectionnant les œuvres du classicisme romain.

Poussin, dans une lettre, déclarait qu'il était un disciple de la maison et du musée du cavaliere dal Pozzo."

Docteur ayant un intérêt pour la proto-science de l'alchimie, correspondant de personnes connues comme Galileo Galilei, collectionneur de livres et maître en dessins, dal Pozzo était un lien majeur dans le réseau de scientifiques européens.

Mise à part l´ amitié durable avec Poussin qui partageait ses intérêts d'antiquaire et duquel Cassiano a commissionné la série des Sept Sacrements []et le manuscrit illustré de Leonardo da Vinci « Le Regole e Precetti della Pittura », "  Les Règles et Préceptes de la Peinture.".

La commandite de Cassiano s'étendait jusqu'au peintre français Simon Vouet à Rome et au sculpteur du mouvement classique Alessandro Algardi, à Artemisia Gentileschi, Gian Lorenzo Bernini, Pietro da Cortona, Caravaggio et d'autres artistes contemporains moins connus qu'il gardait bien occupé avec des commandes plus ou moins importantes pour son Museo Cartaceo.

En 1612, il a déménagé à Rome où, avec un sens aigu de la diplomatie, il s'est mû dans un milieu de mécènes influents et cultivés. Après avoir accédé au poste de secrétaire pour la maison du cardinal Barberini en 1623, Cassiano est devenu rapidement une personnalité proéminente de la vie intellectuelle de Rome. Dal Pozzo et le cardinal étaient tous deux membres de l'Académie des Lynx, la société fondée par Federico Cesi.
[

Federico Cesi, fils du Marquis de Monticello, Duc d'Acquasparta et de Olimpia Orsini, s´intéressa , dès son jeune âge aux sciences naturelles. Son père fut fortement opposé à la direction de ces études, mais sa mère lui a fourni l'appui moral et financier.

En 1603, à l'âge 18 ans, il fonda “l'Accademia dei Lincei ”. Ses membres initiaux étaient Cesi, Francesco Stelluti, Johannes Eck, Galilée et Anastasio de Fillis. Ces membres ont vécu ensemble et presque monacalement dans la maison de Cesi, où il leur fournissait des livres et l'équipement de laboratoire.

 

En 1605, un document défini les buts de l'académie "non seulement pour acquérir la connaissance de choses et la sagesse et vivant ensemble justement et pieusement, mais aussi paisiblement les montrer aux hommes, oralement et par écrit, sans n'importe quel mal." il consacra toute sa vie à ces buts et à son académie.

Celle-ci fut fermement contestée par son père et d'autres aristocrates Romains. Ses membres furent accusés de magie noire, d'opposition à la doctrine de l’Église et de mener une vie scandaleuse.

Eck fut forcé à quitter Rome et pendant quelque temps les membres de l'académie furent dispersés. Cesi maintenait le contact avec tous par correspondance. Pendant un séjour à Naples, Cesi rencontra Giambattista Della Porta et décida de l'installation d'une branche de l'académie dans cette ville. Porta devint un membre de l'académie en 1610.

 

Le membre le plus célèbre de l'académie fut bien entendu Galilée, qui s’y installa au printemps de 1611, pendant sa visite à Rome.

Les publications les plus célébrées de l'académie furent celles de Galilée, d'abord ses Lettres à propos de Taches solaires en 1613. Après l'arrivé de Galilée, l'adhésion à l'Académie Lyncean grandi rapidement et atteint 32 membres, y compris beaucoup de pays étrangers. A sa mort en 1630 l’académie mourut avec lui.

  
Emblème de l´Académie du Lynx, puis à droite le livre de Galileo Galilei
«  Istoria e dimostrazioni intorno alle macchie solari e loro accidenti comprese in tre lettere scritte all'illustrissimo Signor Marco Velseri Linceo”... In Roma, Appresso Giacomo Mascardi, 1613, 8.


A propos de Léonard De Vinci,
Harald Höffding nous dit dans son  Histoire de la philosophie moderne :

« L’inconstance de sa vie et la diversité de ses occupations eurent pour effet de l’empêcher de composer les ouvrages qu’il projetait sur des sujets physiques et philosophiques. Ils auraient profondément influé sur le développement de la pensée scientifique et l’auraient considérablement accéléré. Des idées que l’on rapporte d’ordinaire à Galilée ou à Bacon se trouvent déjà exprimées par Léonard de Vinci, mais sont restées enfouies dans ses manuscrits (…) »

Nous pouvons donc supposer que ses manuscrits étaient connus dans le milieu de l´Académie des Lynx et donc de Poussin qui écrivait à Abraham Bosse, que le traité de peinture de Léonard de Vinci pouvait être contenu dans une seule feuille de papier et en grosses lettres ...


Etudions donc à présent le dessin de Poussin et voyons s´il est resté fiel au message de la Cène de Vinci ou s´il en a émis un autre plus personnel, les époques et les soucis étant différents, en apparence.


« E  lvmine et Colore »


Nous avions déjà étudié  le côté politico-social de cette copie, regardons la à présent sous l´œil de la gématrie, comme nous avons fait avec ses Bergers d´Arcadia , ses  Quatre Saisons et d´autres tableaux. Pour enfin pouvoir la comparer avec l´étude gématrique faite à celle de Vinci.

Nous rencontrons une petite complication ici, c´est qu´à la Renaissance, pour les fresques les artistes employaient des couleurs « primitives » ce n´est pas le cas avec Poussin qui joue de la palette. Les couleurs sont mélangées nous avons  les tons ocres qui sont du jaune et du marron, des tons gris verdâtres ou gris bleuté. Nous avions, déjà dans l´étude de son Allégorie de la Vie Humaine ou Danse de la Musique et du Temps, ajouté les chiffres, attribués à chacune des deux tonalités qui composent une couleur.

http://files.newsnetz.ch/story/1/0/4/10439799/11/topelement.jpg

Jésus chez Poussin comme chez Vinci : Bleu et Rouge => 6 + 2 = 8 …le Soleil du Haut qui se reflète au Bas… VIII, La Justice divine

II SENS >>>

I SENS >>>

C

D

A

B

Bleu 6

Rouge 2

Bleu 6

Gris 8

Gris 8 Bleu 6

Bleu 6

Marron 1

Ocre 5

Marron 1

Bleu 6

Rouge 2

Rouge 2

Rouge 2

Vert 5

Ocre 5

Orange 3

Blanc 9

Vert-gris 13

 

Vert 5

Ocre 5

Ocre 5

Bleu 6

Blanc 9

 

 

 

 

Rouge2

 

 

 

 

 

 

Noir 0

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marron 1

8

7

11

11

19 ou 17

19

1

5 ou 10

6

11

8

12

 

26 = 8 , La Justice

 

49 = 13 , La Mort

 

12, Le Pendu

 

31 = 4, L´Empereur

 


ou 47= 11, La Force


ou 17, L´Etoile

 

 

 

 

 

17=> 8

22 ou le 20

12

13 =>4

L´Etoile

Le Mât, le Jugement

Le Pendu

La Mort


26 + 49 + 12 + 31 = 118 = 10 = UN


ou 118 + 5 = 123 ! soit 6, INTERACTION du Haut avec le Bas ou la graine du Bas qui germe

 

 


 Poussin offre deux possibles lectures par son mélange de palette :


-  la première, l´histoire biblique : 
étoile marquant la naissance ou venue à la vie matériel, terrestre, ( les Mages étaient astrologues ) sous le joug de Pilat et d´ Hérode 

( les Empereurs ) dictant leurs justices et enfin la mort. Les étoiles marquent notre naissance, sur le chemin de la vie terrestre, par justice, nous cheminons tous vers la mort du corps, le tombeau. ( symbolisme qui se retrouve sur le chemin des Jacques, champs d´étoiles ou de stèles, mais aussi sur le jeu d´Oie, où on retrouve la prison.)


-   la deuxième en réduisant les nombres, une histoire d´initiation : Le Pendu, La Mort, L´Etoile et Le Mât ou Initié fini.

Remarquons dans les deux cas ce brouillard visible par la seule fenêtre que Poussin laissa. Fenêtre ou porte, grand orifice, unique ouverture visible de cette salle. La seule issue, la seule voie c´est le Christ.

Jean-Madeleine équivaut au Soleil du Tarot XIX que nous retrouvions sur la Dame des Bergers d´Arcadie. Qui est la Providence, la RouX.( 19 = 1 + 9 = 10 ou X )

Ce 19 solaire est aussi appliqué à Judas, personnage important dans ce drame.

Notons aussi que dans le second cas les nombres sont ascendants : 12, 13, 17, 22 !

Le Pendu est le symbole d'une initiation passive, mystique. Le corps est inactif, impuissant, car l'âme libérée fuit dès lors la réalité de la matière. Remarquons qu´à la naissance, c´est l´inverse, bien que le bébé, dans un accouchement conventionnel, soit tenu de la guise, par une jambe.


La Mort , équivaut au M (aime ) et ne porte pas de nom, car en symbolique, nommer c'est donner vie, donc Poussin nous parlerait plutôt d´une fausse mort purement symbolique. Une preuve suivie d´une transformation. Pourtant il laissa dans ses peintures une autre image bien différente de la MORT DE JESUS


L´Etoile, c´est l´espoir,  maître mot qui symbolise cette carte. Comme l'étoile du berger, elle guide vers un avenir meilleur. L'étoile est une carte constructive, elle n'est pas un aboutissement, juste un passage qui ne souffre pas la stagnation.

Le Mât ressemble à l'imagerie des trouvères et troubadours du Moyen Âge, qui colportaient idées, poèmes et chants au travers des chemins qu'ils parcouraient. C´est l´Initié fini, l´Initiateur ! Ces quatre images s´assemblent sur ses autoportraits.

Poussin passa, à travers la copie du bien fameux fresque de Milan, son message personnel qui est en accord et sert de confirmation pour l´étude que j´ai fait de ce grand Maître français de l´Art à travers les nombreux chapitres de ce site comme Les Mécènes de Nicolas Poussin ou Un Secret Bien Gardé et Le secret de Nicolas Poussin. ( voir Index )

                                                                                                                                                                                                                                                   Adela

 


 
Suivre : Ceux qui Luttent avec Dieu
 
Suivre aussi : La Cène de Vinci  et les 4 Tempéraments