Teniers, Le Jeune

http://rennes-le-chateau-archive.com/images/teniers/david_teniers_auto_portrait.jpg


"Bergère, pas de tentation, que Poussin Teniers gardent la clef PAX, DCLXXXI ( 681) par
la Croix et ce cheval de Dieu, j'achève ce daémon de gardien à midi pommes bleues"

Poussin  et  Teniers
 

Cette phrase est le résultat du décryptage de deux objets assez douteux de l´ affaire de Rennes -le-Château: la dalle de Marie de Nègre d´Able, dame d´Haupou, de Blanchefort effacée par Bérenger Saunière, mais reproduite par Eugène Cros  et par Eugène Stublein ( voir ) et l´un des parchemins, supposé avoir été trouvé par cet abbé dans son église. C´est elle qui met en jeu deux peintres : Nicolas Poussin et Teniers.

Si on admet pour le premier artiste, et ceci dès l´apparition des livres de Gérard de Sède, que la toile est celle des Bergers d´Arcadie - seconde version- en échange on ne connaît pas celle de David Teniers ou tout du moins on ne s´est jamais mis d´accord sur la dite toile, aucune n´est assez convaincante.

Ceci importe-t-il beaucoup ? cette lacune fait que  peu de chercheurs se soient penchés sur les œuvres de la famille Teniers. Mais si on admet Les Bergers de Poussin, à cause de la dalle et le tableau de Célestin V, par les écrits de De Sède il nous faut retrouver les relations avec l´œuvre de Teniers.

Aussi précis De Sède se montre envers la toile du Sacrement du pape Célestin V, celle du Louvre, dont nous avons accordé quatre chapitres, qu´il est flou vis à vis du Teniers quand  il dit «  tout simplement » que le sujet traité est une Tentation de Saint Antoine Ermite.  Peut-être à cause du mot TENTATION du décodage ? comme BERGERE remet aux bergers de Poussin, si de bergère il est question bien entendu, sans compter avec le fameux ET IN ARCADIA de la dalle de Marie.
Pourtant la phrase dit bien : PAS DE tentation !

Est-ce bien une tentation comme nous dit De Sède ? Car ce n´est pas les tentations qui manquent chez Teniers ! Il y en a de nombreuses comme nous verrons.

Par contre Gérard de Sède dans une lettre inédite adressée à Roger Corréard et retrouvée par T.E.Garnier, se contredirait par rapport aux affirmations de son livre, là il précise de façon formelle que le tableau du Château de Valcros est bien celui dont il parle dans l’Or de Rennes, à propos du portrait de saint Célestin ! (
voir ) C´est à se demander à quoi joue-t-il ? Célestin V devient, alors ainsi un Saint Augustin ! qui n´est plus au Louvre de Paris, puis un saint Antoine tenté.
Peut-on alors être sûr sur sa Tentation de Teniers ? Peut-on se fier de cet auteur, qui contribua à propager l´affaire de Rennes ?


Quoi qu´il en soit, comme nous avons étudié
les œuvres de Nicolas Poussin à travers son époque et ses mécènes, nous allons faire de même avec Teniers.



Teniers, le Jeune

David Teniers est un peintre flamand, fils de David Teniers dit le Vieux ou l´Ancien et de Dymphna de Wilde. A son tour c´est  aussi le père d´un autre David Teniers troisième du nom.  C´est  également le beau-fils de Jan Bruegel l'Ancien, dit de Velours.


Teniers, le vieux  fut aussi un marchand de tableaux plein de succès, et on sait qu'il prit part à la foire de la Saint Germain à Paris en 1635, avec de nombreux tableaux de lui-même et de ses quatre fils.

L´archiduc Léopold-Guillaume de Habsbourg, évêque de Strasbourg lorsqu’il administrait les Pays-Bas espagnols, lui confia la gestion de sa collection d’œuvres d’art. Cette collection figure sur de nombreux tableaux de David le Jeune. Jetons-y un coup d´œil.

La Grande Collection  Habsbourg

Si bon nombre de tableaux se retrouvent  sur les toiles faites en leur honneur, signe de détresse de son coup de pinceau pour copier les autres grands maîtres de l´art, l´ordre donné n´est pas toujours le même. En effet Teniers fut l´inventeur du catalogue illustré. Lui-même dessinait les tableaux des grands maîtres achetés par son mécène, puis il se plaisait à peindre des supposées galeries d´art, distribuant ces miniatures comme bon lui sembla. Mais gardait-il un ordre déterminé, suite à une logique ?


https://lh3.ggpht.com/-FXWquDFfhMk/T6FwVQg85oI/AAAAAAAAIgQ/njaXppf8Bz8/s1600/David_Teniers_(II)_-_The_Gallery_of_Archduke_Leopold_in_Brussels_-_WGA22066.jpeg


En haut à gauche : 

Un paysage de Jan van Troyen avec Trois Philosophes d´après
Giorgione ( voir plus loin ) , l´un d´eux assis regarde le rocher, puis suivent une paire de tableaux avec deux portraits de la noblesse, l´un d´eux amateur d´art, la décapitation du Baptiste, ou Judith avec la tête de Holopherne, ce n´est pas celle de David, une VERONIQUE offrant son voile pendant que Jésus refuse quelque chose du soldat, un Teniers avec un ange soutenant la dépouille du Christ, aujourd´hui au Louvre, accompagné d´une scène classique.

Au centre de l´action :

Teniers à droite, avec son aide encadrant l´archiduc  qui signale une toile, avec des vénus en bas, plus précisément il s´agit d´un autre Teniers, Léandre Noyé Retrouvé par les Néréides.

 

Teniers y pointe son doigt, mais de son autre main appuyée sur un autre cadre, il montre une vierge à enfant, où un trait parallèle au bâton du gouverneur mène au petit Jésus, droit sur son sexe.

 

Revenons au bras tendu du peintre, son doigt indique le point de croisement entre le bâton et son épée, celle qui indique qu´il est chevalier.



Christ soutenu par un Ange de Teniers

La table : 

 

Elle est soutenue par un humanoïde tenant un utile, pendant qu´il étrangle ou embrasse un aigle. C´est l´oiseau qui soutient la table, l´aigle est le symbole impériale !

Sur la porte entrouverte, le portrait d´un Habsbourg.


  

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/1/1c/Paolo_Veronese_006.jpg/800px-Paolo_Veronese_006.jpg 
Léandre noyé retrouvé par les Néréides et Résurrection Du Fils De La Veuve De Naïm ( Véronèse)



En haut à droite :

Un pape encadré par des hommes en habits noirs et le portrait d´une femme en vermillon, qui porte un bacul terminé en vase de baume.

Un berger couronné tenant un agneau devant qui on se prosterne tout en regardant ailleurs. Suit l´arrestation de Jésus, puis un chariot mené par des chevaux, un bœuf entre trois paysans. Le tableau suivant rapporte à la table puisque l´on voit un homme transporté par un aigle noir qui semble mordre son foie, au bas un fauve attends.  Ce serait alors Prométhée, lui qui façonna les hommes en argile, ce qui rapporte au tableau de gauche, placé au même niveau.

Un joueur de flûte, un repos durant la fuite en Egypte, un saint Jérôme avec son lion, puis d´autres musiciens. Les Rois Mages, plus bas une femme agenouillée devant Jésus en tunique rouge, Marie Madeleine ? au nomment ou lui furent expulsés 7 démons ?  Non il s´agit d´un autre Teniers, le
RESURRECTION DU FILS DE LA VEUVE DE NAIM ! épisode narré dans Évangile selon saint Luc, VII. Une copie du Véronèse.

Suit Marthe qui par la CROIX, ( signe ) vainquit le dragon-serpent. Il peut aussi s´agire de sainte Marguerite. Puis ce qui semble être une résurrection de Lazare, mais une plaie est visible sur son côté et il ressemble bien au Christ, en rouge qui se tient penché comme dans la scène de l´escalier. Deux Jésus, un couple de Jumeaux ?

Finalement en bas, une descente de la croix  sur laquelle on apprécie un Jésus, posé, tombé ? sur Marie, une sorte de piétât où les corps du fils et de sa mère forment une autre croix. Ce tableau est encadré de DEUX CHERUBINS, comme sur l´ARCHE .

Juste au centre, au bas du tableau un homme couronné se tient devant un autre qui nous tourne le dos, derrière duquel il semble cacher quelque secret, son visage rayonne. Cette toile a une relation avec sainte Marthe ou Marguerite :  le voile rouge qui doit la couvrir.

Cette œuvre semble dire : je détiens un secret, par ce signe tu (le) vaincra ? Le secret lié à l´Arche d´Alliance à la mort ou non-mort de Jésus, à sa tombe ? Au fils de Veuve ? Allusion cachée à la Franc-maçonnerie ? A l´initiation ? ( Voir plus loin )

Les noms de quelques villes sont, peut-être, sous-entendus  :
SERRES, (sous la table) les bains de la RENNES ( tableau Venus), Rhédae ( la charrette), RENNES-LE-CHÂTEU, ARQUES (le tableau avec Chérubins).

D´ Etoiles et de Lieux

La scène se complète par deux chiens de chasse, qui accompagnés des autres éléments que nous avons relevés : Bouvier, dragon-serpent, lion et petit lion, font allusion  aux constellations limitrophes de la Grande Ourse qui contient l´étoile ALCOR ? ( lire aussi Le Guerchin et les Etoiles )

Est-ce pour cela qu´ aussi bien la canne de l´archiduc comme les deux épées forment une « casserole » ou 
perol en catalan , Peyrolles ? La Grande ou la Petite Ourse, puisque la forme est semblable, cette dernière contient l´étoile POLAIRE et c´est ARCAS, fils de Callisto( G.Ourse) du grec ARKTOS, ours. On la désigne aussi par Septentrion, à cause des 7 étoiles qui la composent. Septimanie ?

D´après un mythe cette constellation ne serait pas une ourse mais un chien, qui conduit l'étoile polaire à être parfois nommée cynosure, « queue du chien », terme signifiant également « objet d'intérêt » en anglais ou anglé. ( Lire
Velázquez et la Grande Ourse )

L'Étoile polaire possède également un petit compagnon qui orbite autour d'elle

Mais on repère la Petite Ourse à travers de la Grande ou Grand Chariot . C´est cette étoile Polaire qui donne la MERIDIENNE !



http://www.tuitearte.es/wp-content/uploads/2013/07/Archiduque-Leopoldo-Guillermo-en-su-galeria-de-pinturas.jpg  

http://www.leosart.narod.ru/images/fla/Tenirsmlad/001.jpg



Voyez sur la première galerie sur la méridienne du tableau et le haut de la porte ce Titien : Callisto surprise au bain par Diane. 
Callisto enceinte d´Arcas.
Remarquons que le Giorgione est toujours présent, tantôt inversé, tantôt pas.

Une version arabe dit que, il y a très longtemps, un père avait trois filles, représentées par les trois étoiles, mais le père est mort et enterré dans un cercueil (le rectangle que forment les quatre étoiles représente son cercueil). Ses trois filles le portent depuis la nuit des temps, et essaient de rattraper son assassin (La Petite Ourse). Les croyances disent que, le jour où les trois filles attraperont l'assassin, ce sera la fin du monde.


Mizar avec son cavalier Alcor est une étoile double visuelle connue depuis des temps immémoriaux, c'est la première double télescopique (Mizar A et B, découverte par Giovanni Riccioli en 1650).Ce tableau date de 1640.


A.L.C.O.R.  sont les initiales de " Ad Lapidem Curebat Olim Regina " : Vers la pierre autrefois courrait la reine … cette pierre dont parle MAURICE LEBLANC et que Pierre Plantard situa sur le Serbaïrou est placée sur le méridien de l'église Saint Sulpice de Paris. Elle aurait été retrouvée par trois chercheurs sur le dit lieu, mais ne porte pas l´inscription présumée.( voir ) 


Simple curiosité ? on reconnaît dans le mot ALCOR les initiales de Rennes-le-Château c´est à dire RLC avec deux autres lettres A et O, or Ao , en portugais est un adverbe équivalant  en français à « en, dans »…Dans RLC !

Une bonne partie de cette collection venait de ventes aux enchères de nobles anglais, qu'avait chassés le Puritanisme : des maîtres italiens, aujourd'hui exposés à Vienne, avaient même appartenu à Charles Ier d'Angleterre et au Duc de Buckingham. Cornelis De Bie affirmait en 1661 que Teniers avait passé quelque temps à Londres, rassemblant des peintures pour le duc de Fuensaldaña, alors lieutenant de Léopold pour les Pays-Bas espagnols.

Lorsque Léopold retourna à Vienne, il emporta ses peintures et c'est le prêtre flamand Van den Baren, lui-même excellent peintre de fleurs, qui devint le gardien de sa collection.

Léopold légua cette collection à son neveu Léopold 1er, de sorte qu'elle devint propriété impériale et représente aujourd'hui une partie importante du Kunsthistorisches Museum de Vienne.


Jan Davidsz de Heem, Teniers dans son atelier

Léopold -Guillaume de Habsbourg , mécène de Teniers

Le gouverneur général des Pays-Bas espagnols, est un chef militaire et un grand mécène. Dernier fils de Ferdinand II de Habsbourg et de Marie-Anne de Bavière, il est le frère cadet de Jean-Charles de Habsbourg  et de Ferdinand III  qui succéda à leur père comme empereur. Ferdinand III, roi de Hongrie, roi de BOHEME est empereur du saint Empire romain germanique. C´est un descendant directe de Ferdinand I, frère cadet de Charles Quint, que nous avons rencontré sur le tableau le CELESTIN V.

Il fut GRAND-MAITRE des Chevaliers teutoniques, évêque de Halberstadt, de Magdebourg, d'Olmütz, Passau, Breslau et de Strasbourg durant trente-sept ans bien qu´il fut réputé n’avoir jamais séjourné en Alsace, à cause de la Guerre de Trente Ans.

Cette Guerre de Trente Ans, dont nous connaissons le rôle joué par les Barberini, fut l´héritage de son père Ferdinand II qui la déclencha. Avec lui la
BOHEME deviendra propriété personnelle des HABSBOURG, après la bataille de la Montagne Blanche en 1620.

Bien
LA DALLE DES ROIS DE BOHEME  est l´une des quatre énigmatiques inscriptions qui figurent au dos du miroir de LA COMTESSE DE CAGLIOSTRO dans les célèbres Lupin de Maurice LEBLANC que nous savons lié au secret de Rennes -Le-Château, puisque entre autres choses,  il nomme Monseigneur de Bonnechose comme héritier du secret d’ALCOR, donc l’ancien évêque de Carcassonne prédécesseur de Mgr Billard, protecteur à son tour de Bérenger Saunière.


David Teniers avec son élève Don Juan de Autriche

Comme on retrouve l´ abbé Gélis dans HERLOCK SHOLMES ARRIVE TROP TARD détenteur de la clé d’un souterrain à trésor, qu´ Henri IV aurait découvert l´avant-veille de la bataille d ’ARQUES, le roi  Louis XVI en serait également connaisseur. Ce n´est que le nom du curé de Coustaussa que Bérenger Saunière consulta après la découverte d’un mystérieux tombeau et dont l’assassinat est resté inexpliqué.

Cette dalle sera découverte par Arsène Lupin dans
L´ILES AUX TRENTES CERCUEILS, dont l´action se déroule à RENNES en Bretagne et plus précisément sur  l’île de Sarek    Maurice nous décrit un « Prieuré » séparé en deux par une énorme coupure. (Sarek serait  l’anagramme Arkes, c´est à dire Arques, pour Pierre Silvain tandis que pour AlSufi ce serait d´ autre îles- voir son article sur le portail de Rennes-le-Château.  Cette énorme coupure peut être aussi celle de l´empire espagnol séparé par la France, d´où la rencontre de François 1er et de Charles Quint immortalisée , entre autres, sur le CELESTIN V.

 

Les Habsbourg, PAX 681 et le 813

De l'autre côté du Rhin, Richelieu ne put supporter l'idée de voir se reconstituer l'empire de Charles Quint, du fait des possessions territoriales des Habsbourg. Il prit la suite de ce conflit commencé par les suédois. Il fut relayé par Mazarin. À la diète de Ratisbonne, deux ambassadeurs de Richelieu, Brulart de Léon et le Père Joseph, retournèrent Maximilien de Bavière et des princes catholiques contre la Maison d'Autriche.

Fort de sa victoire, Ferdinand II décréta le fameux Édit de Restitution qui ordonnait à tous les protestants de rendre les bénéfices ecclésiastiques qu'ils avaient sécularisés depuis le paix d'Augsbourg.

Pour comprendre cette PAIX il faut remonter à Charles Quint, qui par l´édit de Worms interdit strictement l’exercice de la religion protestante. Il recommence en 1529 en réunissant une diète à Spire qui décide que la messe doit être célébrée selon le rite catholique même dans les territoires réformés. Les partisans de Luther  bien sûr refusèrent cette décision, ils furent dès lors surnommés protestants.

L’Empereur alors opta pour l'action militaire, combattant les princes luthériens unis. Malgré sa victoire militaire, une négociation s'impose car les protestants comptent trop d’adeptes parmi les puissants princes allemands. Une négociation commence à Augsbourg.



Vue de Flandres par Teniers

Le 25 septembre 1555, la Paix d'Augsbourg suspend les hostilités entre les États luthériens et les États catholiques en Allemagne. C’est un compromis qui n’a pu voir le jour qu’en éludant un grand nombre de questions litigieuses. Elle repose sur un principe fondamental : cuius regio, eius religio soit tel prince, telle religion.

Les princes et les seigneurs étaient désormais libres de choisir, pour eux et leurs vassaux, entre les deux religions chrétiennes. Les sujets en désaccord avec la religion de leur suzerain avaient le droit d’émigrer. Elle permet aux princes protestants de conserver les biens de l'Église qu'ils ont sécularisés.

Cette paix relative prendra fin en 1
618 avec la défenestration de Prague qui est à l'origine de la guerre de Trente Ans.

Par contre la fin de l´Empire n´aura lieu qu´avec François 1er  d´Autriche, gendre de Napoléon en 1
813 : Empereur contre empereur !

813 , c´est le titre de l´un des
Lupin, c´est aussi l´année de fondation de l'abbaye bénédictine NOTRE DAME D'ALETH, qui sera promue cathédrale en 1318 par le pape Jean XXII.  L'évêque de ce siège prenait le titre de comte d'Aleth. Son église est dédiée à la Sainte vierge et à Saint Pierre.



Les Habsbourg

Aussi bien Teniers mène aux Habsbourg que Poussin au milieu papale. A des papes, tantôt pro Habsbourg c´est à dire pro impérial , tantôt pro- français, pions placés sur l´échiquier qui feront pencher la balance du jeu politique.

 

C´est bien là l´essence à demie voilée du tableau de Célestin V, avec son anachronisme parlant.  La mort de Célestin V servit d´excuse à Philipe le Bel pour faire déménager le pape à Avignon et en finir avec les templiers de la France mais non avec le Temple.

Temple qui s´enracina très fort au Port du Graal. Pays de Luz, dont la lumière éclaira les premiers bateaux d´Henri Le Conquerrant. Philippe de Bourgogne ambitionnait ses cartes navales, malheureusement les Bourgogne n´étaient pas encore sur le trône portugais. Il envoya pour copier les cartes son peintre de cours et ami, Van Eyck  à cause de sa mémoire visuelle, Ce dernier fut assassiné très peu de temps après son retour au pays flamand. 

Qu´importe la «  Colombe Porteuse du Christ » décorée de la croix de ses Chevaliers lusitains réussit à chiper les fameuses cartes. Tout nous est inconnu de Colomb, sauf qu´il savait où il allait. Chercher l´Or des Templiers ? peut-être, mais quelque soit  son origine, l´or revint aux Habsbourg.

Ces Habsbourg qui faillirent unifier l´Europe et les Amériques, le Nouveau Monde, le Paradis terrestre, l´Arcadie. Eux qui se prenaient pour
rois de SION, furent aussi introduits dans l´histoire de Rennes-le-Château sous la plume de Gérard de Sède.

 

Les Habsbourg à Rennes-Le-Château

http://www.museodelprado.es/typo3temp/pics/5431202ec2.jpg
Armide devant Godefroy de Bouillon par Teniers au Prado de Madrid

Emma Calvé, qui revient dans cette énigme, comme la cantatrice des Tintin, que Bérenger aurait connu lors de son supposé voyage à Paris serait descendu à Rennes. Cette soprano acheta le château de Cabrière, et le restaura, mais vers la fin de sa vie, endettée elle l´aurait vendu à son amie Madame Hurbin, châtelaine de Creissels , femme prétendue avoir été durant près de dix ans la préceptrice des enfants de Habsbourg.

La comtesse de Chambord aurait  mit à la disposition de l´abbé 3 000 francs or, Cette comtesse n´est autre que
Marie-Thérèse de Modène, fille de François IV de Habsbourg, épouse Henri d'Artois, comte de Chambord, prétendant légitimiste au trône et petit-fils de Charles X de France.

Le couple n'eut pas d'enfant, la branche aînée des Bourbon de la Maison de France s'éteignit avec son mari.

G. De Sède écrit à propos des trouvailles dans l´église de Rennes-le-Château : 
En 1886, alors que son traitement est toujours suspendu, il avance pour effectuer les réparations les plus urgentes une somme de 518 francs or. D’où la tient-il ? Assurément pas de ses « fonds secrets dérisoires ...”

Puis Gérard ajoute : « Il n’est point certain non plus que cette somme provienne d’un don de la Comtesse de Chambord, ainsi qu’il ( Saunière) prétendra plus tard, épouse et veuve du Prétendant au trône de France. C’est en 1886 que la Comtesse mourut.” Bérenger arriva à Rennes en 1885 Eut-elle le temps d´effectuer cette donation ? Elle disposa d´un ans, c´est donc possible.


Mais comme le fait le Figaro Magazine on peut s´en étonner :
Pourquoi la veuve de l'héritier du trône de France lui remet-elle une somme aussi importante ? D'autant plus qu'elle est apparentée à cette famille des Habsbourg qui est, à I’époque, détentrice des pouvoirs politiques, financiers, économiques et religieux en Europe. L'empereur d'Autriche a un droit de veto sur l'élection du pape. Pourquoi quelqu'un d'aussi important s'intéresserait- il au sort d'un petit curé de campagne? 

Zita de Bourbon, princesse de Parme ou Zita de Habsbourg (1892-1989) la dernière impératrice d'Autriche est sensée être passée aussi par le domaine du curé.

Puis Jean Salvador de Habsbourg-Toscane, Archiduc d'Autriche, neveu de l´empereur François Joseph I, se serait  rendu à Rennes-Le-Château en visite chez l´abbé Saunière, sous le nom de Jean Orth, entre
novembre 1889 et février 1890.



Une Mystérieuse Disparition et une Tombe Anonyme


Jean Orth

Un certain Monsieur Guillaume, que l´on prêtant l´envoyé de la Comtesse de Chambord, déjà veuve, aurait apporté la somme de 3 000 francs or à Saunière. Comme on peut apprécier on ne sait toujours pas l´origine de cet or, mais si son montant invariable.

Ce Guillaume ne serait autre que l´ex archiduc d´Autriche Jean Salvador, qui dès son exil porta le nom de Jean Orth.


Il aurait demandé de commencer la recherche de documents cachés dans la vieille église de Rennes-le-Château, ceux qu´aurait cachés l´abbé Bigou avant de partir pour l´Espagne.


C´est un bien étrange personnage que ce Jean Orth, sans faire aucune allusion à ce village Audois. Voyez !

Avec  son cousin, l'archiduc Rodolphe de Habsbourg-Lorraine, fils de l´empereur, Jean fomenta un complot contre ce dernier, époux de la fameuse Sissi. Lui hériterait du trône de Hongrie, tandis que le trône impérial d'Autriche reviendrait à son cousin.

Mais quelque chose tourna mal dans l´affaire et le 30 janvier 1889, l'archiduc Rodolphe de Habsbourg-Lorraine mit fin à ses jours dans le pavillon de chasse de Mayerling. Un double suicide puisque le seul héritier directe au trône était accompagné de son amante Marie Vetsera.

Mort de Rodolphe....Mort d´un Complot

La police de François-Joseph avait-elle découvert le complot planifié par les deux cousins ? Rodolphe aurait été poussé au suicide ? La fin tragique de Rodolphe et de Marie Vetsera cacha-t-elle la réalité :  celle de l'assassinat d'un fils héritier de la Couronne impériale d'Autriche coupable de conspiration contre son père l'empereur François-Joseph ? On ne le sait toujours pas, voyons la chronologie des faits.

La vie amoureuse du prince finit par passer facture, il soufre une blennorragie qu´il contamine à son épouse qui en conséquence ne peut plus avoir d'enfants, ils n´avaient qu´une fille. Rodolphe se « soigne » avec des coquetels de morphine, de la cocaïne et de l'alcool la conséquence est un état de dépression et d'anxiété.


   
Le Prince Rodolphe et Marie Vetsera

Déjà durant l´été de 1888 il proposa à sa maîtresse Mizzi Caspar de se suicider avec lui. En automne, par l'intermédiaire de sa cousine la comtesse Marie-Louise Larisch, il connaît Marie.

Le 26 janvier 1889, le prince Rodolphe a une violente dispute avec son père, mais on ne sait pas si l'empereur était en colère parce que Rodolphe a demandé au pape l'annulation de son mariage ou s'il a exigé que son fils rompe avec Marie Vetsera.

Le 27 janvier, Rodolphe va voir sa cousine Marie-Louise et lui apprend qu'il est en danger. À la question de savoir si le danger vient de Stéphanie, la femme de Rodolphe, celui-ci répondit : « Stéphanie ! Ah non, elle ne représente qu'un malheur privé. Le danger qui me menace est de nature politique. »

Le 28 janvier, Marie et Rodolphe quittent chacun de leur côté Vienne pour se rendre au pavillon de chasse de Mayerling, où le prince héritier doit chasser avec le comte Hoyos et le prince Philippe de Cobourg. Rodolphe envoie des lettres d'adieux à ses proches et écrit au chef de section au ministère des Affaires étrangères d'ouvrir seul son bureau et de détruire toutes les lettres de la comtesse Larisch et de Marie Vetsera.

Le 29 janvier, les deux invités, le comte Hoyos et le prince Philippe de Saxe-Cobourg, beau-frère de Stéphanie, arrivent à Mayerling. Ceux-ci ne soupçonnent pas la présence de Marie Vetsera.

Rodolphe et Marie sont retrouvés morts au matin du 30 janvier 1889 dans le pavillon de chasse, tués par balles. Un suicide organisé par Rodolphe et sa maîtresse ou un attentat politique? Le voile reste épais concernant les circonstances de sa mort.

Il semble que Marie ait été enceinte de quatre ou cinq mois au moment de sa mort. Rodolphe meurt sans héritier mâle.

Quand l´Archiduc devient Jean Orth

L'archiduc adressa un courrier à l'empereur d'Autriche dans lequel il informait François-Joseph Ier de son désir de renoncer à ses titres, à son rang et à ses privilèges. Il serait dorénavant un simple citoyen autrichien, avec pour nouveau nom :  Jean Orth.

Mais le vieil empereur souffrait beaucoup de la fin tragique de son unique fils et ressent pour l'archiduc une rancune tenace. En effet, François Joseph Ier d'Autriche jugeait que son neveu était en partie responsable de la mort de l'héritier. Il n'eut donc envers Jean de Habsbourg-Toscane aucune pitié.

La réponse de l´empereur à la lettre de Jean fut sans appel. Il décréta le retrait de la nationalité autrichienne à l'archiduc, et lui interdit de résider au sein de l'empire austro-hongrois.

Jean est donc contraint à partir, mais avant de quitter l'Autriche, il récupéra un COFFRET EN FER confié à la comtesse Marie von Wallersee-Larisch par l'archiduc Rodolphe de Habsbourg-Lorraine à la veille de sa mort.

 

L´Amérique !

L'archiduc se rendra en Grande-Bretagne, où l'attendait un navire, le Santa-Margherita, goélette acquise par un citoyen autrichien, un certain Jean Orth.

L'ex-archiduc embarqua à bord de son navire avec son épouse, le navire leva l'ancre à Portsmouth le 26 mars 1890. Le brick-goélette traversa l'océan Atlantique et fit escale à Buenos Aires.

En Argentine, Jean Orth adressa à un de ses amis journalistes, un certain Paul Heinrich, un courrier dans lequel il lui exposait ses projets pour l'avenir: découvrir la Patagonie, la Terre de Feu et les environs du Cap Horn.

En juillet 1890, le Santa-Margherita reprit la mer et se dirigea vers le sud. Ce fut la dernière fois que l'on vit le navire avec à bord Jean Orth, son épouse, les hommes d'équipage, le commandant et quelques passagers.



Disparition et Réapparitions de Jean Orth
ou Qu´Allait-il Faire en Cette Galère ? 

Lors des recherches ordonnées par François-Joseph Ier d'Autriche, le navire resta introuvable, on ne retrouva  même pas les débris du Santa Margherita. La Goélette avait disparu par enchantement. L´ex-archiduc fut déclaré disparu.

Mais, chose étrange, sa mère l'archiduchesse Marie-Antoinette de Bourbon-Siciles ne porta pas de vêtements noirs en signe de deuil, malgré tout l'amour maternel qu'elle portait à son fils. Jusqu'à sa mort survenue en 1898, celle-ci refusait toujours de porter le deuil.

Aussi étrange, les proches des marins du Santa-Margherita ne réclamèrent aucune aide, aucun secours. Des affaires d'assurances pour le moins étranges laissèrent penser que Jean Orth était toujours en vie, que son navire aurait touché terre à La Plata en décembre 1890.

D'étranges apparitions alimentèrent le mystère de la disparition de Jean Orth. Les apparitions des princes se renouvelèrent, comme celles concernant Louis XVII de France, ou plus tard la grande-duchesse Anastasie Nicolaïevna. Mais les divers témoignages ne sont à nos jours pas très convaincants.



…Un Berger…Un Tombeau

Un témoignage plus plausible est celui du comte Jean de Liniers. Ce voyageur français aurait déclaré avoir rencontré au pied du volcan Fitz-Roy un certain Fred Otten, un berger partageant son ranch qu'il baptisa Canadon Largo avec un anglais et un allemand. Cet étrange ranchero lui aurait avoué être Jean Orth, il lui avoua également sa séparation avec son épouse dés l'embarquement en Angleterre. Qu'est devenue Ludmilla Stubel ? Pourquoi a-t-elle laissé subsister le mystère autour de sa personne ?

Deux ans plus tard le comte français repasse par là. De retour en Patagonie, Jean de Liniers ne découvrit qu'une tombe anonyme au pied du volcan. Qui fut inhumé dans cette tombe ? Est-ce l'ex-archiduc ? Peut-être faut-il tourner nos regards vers le Brésil, la famille d'Orléans- Bragance connaît-elle quelques secrets sur la fin mystérieuse d'une des victimes de l'effroyable tragédie de Mayerling ?


Jean Orth  fut déclaré mort en 1890… voyagea-t-il à Rennes-Le-Château ? que fit-il du coffre en fer légué par son cousin Rodolphe après son « suicide » ? Que contenait ce coffre ? On comprendrait alors pourquoi il s´y présenta simplement comme Mr Guillaume.

Bérenger Saunière, à la mort de son "protecteur", Monseigneur Billard en 1903, puis de celle du pape Léon XIII, ami de la famille de Habsbourg, vit sa fortune mise en cause avec les nouveaux arrivés : l´évêque de Carcassonne, Monseigneur de Beauséjour, et le pape Pie X.

Les Naufragés du « Jonathan »de Verne

Les Naufragés du « Jonathan » est un roman de JULES VERNE et de son fils Michel Verne. Vers 1891, donc juste un ans après la mort présumée de Jean Orth, Jules Verne a écrit une première version de ce livre sous le titre de "En Magellanie" (édité qu´ en 1999), puis, après sa mort en 1905, son fils a repris le roman et l'a édité en 1909.


 


En résumé : Un prince européen a décidé d'aller vivre en solitaire sur l'île Hoste, près du Cap Horn, où il mets ses connaissances au profit des indiens, qui l'appellent le Kaw-Djer (sauveur, comme Jean Salvador ).

Un jour, Le Jonathan fait naufrage sur l'île, avec à son bord plusieurs centaines d'immigrants. Le Kaw-Djer, amené à devenir le chef de cette communauté finira par se retirer sur l'île Horn, pour finir sa vie seul.

Francis Lacassin, dans la préface de Famille-sans-nom, indique que Michel Verne a modifié la fin du roman : Dans En Magellanie le Kaw-djer est influencé très fortement par deux prêtres catholiques à la fin du livre.

Par contre, dans la version de Michel Verne, aucun prêtre ne joue de rôle ; aucun être humain n'arrive à la cheville du Kaw-Djer.

L'accès à l'île Hoste peut se faire actuellement par mer, grâce aux navires effectuant la liaison entre Punta Arenas et Puerto Williams( GUILLAUME !) par le canal Beagle.

Le prénom William vient du prénom germanique Wilhelm : wille, "la volonté" et helm, "protection : la volonté protectrice ! Il s'agit de la version anglo-saxonne du prénom Guillaume.


La Patagonie Terre de Jehan !

Le premier titre du roman de Jules Verne rend hommage au découvreur de la Patagonie, Magellan. Or sur ses livres de bord cet explorateur portugais, décrit ses habitants comme des GEANTS primitifs. Ils en baptisent un du nom de Jehan.
 
« Quand il fut devant nous, il commença à s'étonner et à avoir peur, et il levait un doigt vers le haut, croyant que nous venions du ciel. Il était si grand que le plus grand de nous ne lui venait qu'à la ceinture. Il était vraiment bien bâtí »
 « 
Il demeura longtemps avec nous, et à la fin nous le baptisâmes et lui donnâmes le nom de Jehan. Le dit géant prononçait le nom de Jésus, le Pater noster, l'Ave Maria et son nom aussi clairement que nous. Mais il avait une voix terriblement grosse et forte»….
 « Le Capitaine appela cette manière de gens Pataghoni» Extraits de la Relation du premier voyage autour du monde par Magellan de 1519 à 1522

Souviens-Toi de Ta Mort !

 

http://www.kunstkopie.de/kunst/david_dj_teniers/nymph_and_satyr.jpg
Memento Mori de Teniers

Mommento Mori, ou Souviens-toi de ta mort ! sur lequel bien entendu on retrouve le crâne, mais aussi un globe terrestre montrant le nouveau continent, sans la Patagonie, puis une carte affichée sur le mur, qui cache son contenu. Remarquons aussi le violon vu et étudié chez le Guerchin instrument qui remplace l´harpe d´Apollon.


La Mort qui nous attend au tournant du chemin…


Le Chemin Tournant dans un Site Montagneux
 

Le Chemin Tournant Dans un Site Montagneux, un Teniers qui appartenu aussi au Dr Louis La Caze, paysage marqué par un X.

On y voit un village près d´une rivière et un autre, ou une tour placé sur le mont. Ce tableau se trouve au Louvre.

Deux hommes en pleine conversation, l´un deux, celui à la coiffe rouge, tient un bâton bien verticale, placé sous ce X, mais décalé légèrement de son centre.
Allusion à la Méridienne non officielle ?

Comme à Rennes-Les-Bains on peut admirer le calvaire au tournant du chemin qui mène à l´autre Rennes, celle du haut, en passant près de la source Madeleine, la Gode.

Ce
Christ Roux est inversé, sa plaie est sur le côté droit, celui du cœur. Sur son piédestal on lit E.Calvet. Il indique aussi la Méridienne de Paris ou RoseLine.



"Bergère, pas de tentation, que Poussin Teniers gardent la clef PAX, DCLXXXI ( 681) par
la Croix et ce cheval de Dieu, j'achève ce daémon de gardien à midi pommes bleues"


Cette phrase, issue par la méthode de Vigenere du grand parchemin, quelque soit l´origine de celui-ci,
 en appliquant le code "Mort-épée" trouvé sur l'épitaphe de la stèle de Marie de Nègre d'Ables, reste énigmatique.

On ne peut pas dire que les Tentations de saint Antoine de Teniers aient apporté grande chose au chercheur de Rennes-Le-Château.
Pourtant  David Teniers est inclus dans cette énigme depuis le déchiffrages des parchemins, au même titre que Nicolas Poussin.

Est-ce bien de Tentations dont il est question ?

Le plus simple est de penser que Poussin renvoie à un sépulcre avec ses Bergers d´Arcadie,
et que Teniers, par ses Tentations, à un lieu souterrain, marqué par une croix, une crypte, un ermitage ou une simple grotte,
indiquée par cette marque chrétienne, contenant ce dit tombeau.

D´autre part Saint Antoine est le patron des cimetières, que Saunière vandalisait et on ne peut oublier cette fameuse dalle de Marie De Nègre

qui aurait été transportée des Pontils au cimetière de Rennes-le-Château et qui contenait la clef de déchiffrage du parchemin.

Pourtant le tombeau des Pontils, entre Serres et Arques, n´existait pas en cet endroit du temps de Poussin.

Ce qui pousse à chercher dans la vie de ce grand maître de la peinture, et dans ses autres œuvres qui sont aussi très parlantes, comme nous avons déjà pu apprécier.
 Avec Teniers nous serions- nous trompés de thème ? car ses Tentations en disent très peu, au contraire de certaines de ses autres toiles.
Par ailleurs la phrase dit bien : PAS DE TENTATION ! alors ?


 
Suite : Les Inversions de Teniers ( par Loup )


Suite : Les Tentations de Saint Antoine


Suite : Le Reniement de Saint Pierre et les Sorcières de Teniers

Suite : Que Vient-il Faire dans cette Affaire ?  Ou  "La Découverte de Pâris" par Teniers