Teniers, Le Jeune



Saint Antoine de Ribera
"Bergère, pas de tentation, que Poussin Teniers gardent la clef PAX, DCLXXXI ( 681) par
la Croix et ce cheval de Dieu, j'achève ce daémon de gardien à midi pommes bleues"


 

Les Tentations de Saint Antoine


Les Tentations de ce saint sont l´objet de nombreuses représentations chez Teniers le Jeune, mais il n´y en a que deux gardées au Louvre.
Ces deux là laissent assez indifférents les chercheurs de l´Enigme de Rennes -le-Château qui ne savent qu´en faire. A vrai dire elles ne sont pas très « parlantes » par rapport au possible secret ou trésor de l´abbé Saunière.  Donc voyons celles du Louvre, puisque Bérenger Saunière est sensé l´avoir visité et en avoir rapporté trois copies, un Poussin, un Célestin V anonyme et un Teniers incertain à Rennes-le-Château.

Les deux tentations du Louvre et leurs semblables

     http://www.adolphus.nl/xus/antonius/aland/frmuslouvr/teniers2.jpg



La première appartenue à Mr Grégoire avant de passer au Musée du Louvre, la seconde au Docteur Louis La Caze, tout un personnage, à la fois médecin, philanthrope, peintre amateur, collectionneur il est l'un des plus grands donateurs du Louvre. En effet il légat par testament sa collection au Musée.

Saint Antoine déjà très ancien est, sur les deux toiles, en pleine méditation pendant qu´un personnage à ses côtés l´incite à boire d´une coupe en verre. Cette « eau » proviendrait-elle de la jarre visible sur la table-autel ou sur la fenêtre ? Car il y a  dans les deux cas un oiseau blanc, une petite poule d´eau qui fait des siennes dans le contenu de cette jarre. La poule blanche était usée en magie.


Le Crâne devant l´ermite lui sert presque de reposoir pour sa lecture. Crâne, croix, livre, sabliers sont les attributs habituels aux anachorètes.
La table-autel avec ce crâne humain a une marche adossée à elle, comme la pierre sur laquelle repose son pied le fameux berger de Nicolas Poussin, en Arcadie.

Il y a toute une ribambelle de monstres autour du saint. Le premier démon avec une carotte « épinglée » à sa coiffe se retrouve sur les deux œuvres. Cet homme à la carotte serait Hilarion, son disciple qui lui présentait, dans l´œuvre de Flaubert « tous les dieux, tous les rites, toutes les prières, tous les oracles », soulignant les contradictions des Écritures.

Sur la première toile il tente, alors que sur la suivante il invoque, par sa lecture. Cette invocation au diable se fait aussi dans le premier cas, mais par une femme à bonnet cornu, qui se retrouve sur bon nombre de Tentations de cet artiste.

Voyons les autres Tentations de Teniers et la vie de ce saint égyptien qui ressemble fort à son Alchimiste.


http://triplenlace.com/wp-content/uploads/2011/11/David_Teniers_alquimista_9_alquimista_con_mono_triplenlace.com_.jpg

Teniers nous laissa quelques tableaux ressemblant à ceux du Louvre :

 

http://qph.is.quoracdn.net/main-qimg-2cd445b40bfc8cbb72e59c7d68712699     

http://www.repro-tableaux.com/kunst/david_dj_teniers/temptation_anthony_rocky_cave_hi.jpg      


http://www.paintingsalley.com/data/media/292/TENIERS_David_the_Younger_Temptation_Of_St_Anthony.jpg

https://s3.amazonaws.com/magnoliasoft.imageweb/bridgeman/supersize/jvh328719.jpg



D´ Autres Tentations du Saint Ermite avec femme tenant une coupe


Celles où une belle femme aux SERRES d´oiseau et queue, toujours accompagnée par la vieille au bonnet cornu, le tente.
Ceci n´est pas nouveau nous le retrouvons vers 1500. Remarquons que le crâne et le tibia sont à échelle du Christ.
Cet Antoine tranquillement bénit la jeune au « baume »  accompagnée par une vieille tenant un fuseau, ou il fait un signe de croix… PAR CE SIGNE TU LE VAINCRAS
Il vaincra la Pécheresse et ses 7 démons, puisque le récipient qu´elle tient rappelle le pot de baume de Marie Madeleine.
Ce chiffre 7 rapporte au nombre de péchés capitaux.

 Pieter Coecke van Aelst.Las tentaciones de San antonio, hacia 1540.41x53cm.Colección Real. 
Pieter Coecke van Aelst, Les Tentations de saint Antoine, vers 1540 de la Colección Real.

Teniers habille ces femmes qui ne tiennent plus qu´une coupe en verre, le nu était mal vu à son époque.
Ses saints Antoine prient tout simplement.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/2a/David_Teniers,_the_Younger_-_The_Temptation_of_St._Anthony_-_Google_Art_Project.jpg/1024px-David_Teniers,_the_Younger_-_The_Temptation_of_St._Anthony_-_Google_Art_Project.jpg

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/6/61/David_Teniers_(II)_-_Temptation_of_St_Antony_-_WGA22102.jpg/1024px-David_Teniers_(II)_-_Temptation_of_St_Antony_-_WGA22102.jpg


http://www.similart.fr/sites/default/files/imagecache/diaporama/tableaux_haute_definition/31398.jpg

http://matteocorradini.files.wordpress.com/2011/10/ix001793.jpg

    https://s3-eu-west-1.amazonaws.com/lowres-picturecabinet.com/173/main/85/641534.jpg

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/6/6b/David_Teniers_(II)_-_Temptation_of_St_Antony_-_WGA22101.jpg/995px-David_Teniers_(II)_-_Temptation_of_St_Antony_-_WGA22101.jpg



   http://www.kultur-online.net/files/exhibition/05_126.jpg
 En arrière plan on peut voir devant une cabane St Paul et St Antoine.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/bf/David_Teniers_II_-_La_tentaci%C3%B3n_de_San_Antonio.jpg/1024px-David_Teniers_II_-_La_tentaci%C3%B3n_de_San_Antonio.jpg

http://www.museodelprado.es/typo3temp/pics/1af2d50417.jpg

La Vie de Saint Antoine


Né dans une famille copte assez riche, saint Antoine, fervent chrétien, dès l'âge de vingt ans prend l'Évangile au pied de la lettre, il distribue tous ses biens aux pauvres, puis part vivre dans le désert en ermite.

Là, à la manière du Christ, il subit les tentations du Diable. Si pour le Christ celles-ci ne durèrent que quarante jours, le temps passé dans le désert, pour Antoine ce sera beaucoup plus long et plus difficile, puisque lui y passa sa vie. Les démons n'hésitant pas à l'attaquer. Mais Antoine résiste à tout et ne se laisse pas abuser par les visions tentatrices qui se multiplient.

Pour fuir de la torture de ses visions qui le tourmentent, en 312 il change le désert et va en Thébaïde, sur le mont Qolzum, où se trouve aujourd'hui le monastère Saint-Antoine. Le Diable lui apparaît encore de temps en temps, mais ne le tourmente plus comme autrefois. Il faudrait se demander ce qu´il mangeait là-bas ? Nous aurons la réponse plus loin.

C´est pas bon de prendre au pied de la lettre ce qui est écrit dans la Bible.


La légende dit que le premier lieu choisi par ce saint, pour sa vie contemplative, fut un cimetière, qu´il fuit à cause du nombre croissant d´ adeptes. C´est pour cette raison qu´il en est aussi le patron.

Comme il l´est aussi des animaux de la grange, à cause du cochon qui l´accompagne qui ne serait que le diable-lui-même qu´Antoine apprivoisa. Mais cette légende  ancienne remonte à la création des ANTONINS, ordre religieux fondé en Dauphiné vers 1095. Les porcs n'avaient pas le droit d'errer librement dans les rues, à l'exception de ceux des Antonins, reconnaissables à leur clochette.

 

C´est de cette guise qu´il est représenté à Rennes-Le-Château, avec plus qu´un cochon un sanglier, ce qui rappelle un chapitre de La Vraie Langue Celtique de l´abbé Boudet qui joue à «  angler » les mots. Ainsi jouons nous aussi sanglier devient sang lié. Zurbarán l´a aussi représenté à plusieurs reprises avec un sanglier, ainsi que Juan Sariñena, ce ne sont que des exemples parmi bien d´autres.

Une légende veut que les reliques de Saint Antoine, l'Égyptien aient été ramenées de Terre Sainte par un seigneur du Dauphiné, au XI siècle.
Elles sont déposées dans le village de La Motte aux Bois, qui devient Saint-Antoine-l'Abbaye.
Les Bénédictins commencent alors la construction d'une église et d'un hôpital destiné à soigner les victimes du Mal des Ardents.
Au XIII siècle, le Pape confie les lieux aux chanoines de l'Ordre de Saint-Antoine. De grands travaux d'extension sont menés du XIV au XVI siècles, période faste pour l'Ordre en général et l'abbaye en particulier.

En janvier 2006, les reliques d'Antoine le Grand ont été déplacées de la France (Arles) vers l'étranger, en Italie sur l'île d'Ischia.

Mal des Ardents ou ergotisme convulsif se présente sous forme d'hallucinations passagères, similaires à ce que provoque le LSD.
C'est au début du Moyen Âge que l'ergot se répand. Il est alors communément admis que les personnes atteintes soient des victimes de sorcellerie ou de démons.
L'intoxication est baptisée du nom de « feu de Saint-Antoine » car nombre de ses «  victimes » se rendaient en pèlerinage auprès des reliques de ce saint, à Saint-Antoine-l'Abbaye, ou à cause des hallucinations, dites tentations de ce saint.
Ils en revenaient soignés, car bien que ce mal fut longtemps considéré comme une possession, il n´est qu´une intoxication due à l'absorption d'ergotamine présente dans de l'ergot du seigle. Voilà ce qui provoqua les dites tentations su saint ermite.

C´est un peu ce qui arriva à saint Antoine le Grand ses visions sont de type schizophrénique, de forme paranoïde, s'appuyant sur des hallucinations.


http://www.jdiezarnal.com/pintura/tenierslastentacionesdesanantonio01.jpg
Cliquez sur l´ image pour une HD. Saint Antoine entouré de 7 péchés capitaux, donc il s´agit bien de tentations !
Mot sorti du latin caput (« tête »), par comparaison à cette partie du corps qui dirige l’ensemble : le péché capital conduit à d’autres péchés.
Pour cette raison, la Somme théologique de saint Thomas d’Aquin indique que l’appellation de « vices » serait plus appropriée que celle de « péchés ».

Les sept péchés capitaux identifiés par Thomas d'Aquin sont l’acédie (ou la paresse spirituelle), représentée par la femme sous la colline
 l’orgueil, le couple avec paon et la luxure, car lui ne regarde que le décolleté de la dame aux pieds de Serres
 la gourmandise, le bon vivant chevauchant un porc à tête de squelette
l’avarice, la femme de notre droite comptant ses monnaies.
la colère, à gauche portée par le lion et l’envie dévorant un cœur.

http://photos1.blogger.com/x/blogger/6831/2161/1600/358356/artwork_images_28_66518_david-teniers-ii.jpg 


Sur les Tentations de Teniers :

Il reçoit le plus souvent la visite d´une femme qui lui offre une coupe en verre remplie d´eau. Cette femme est le plus souvent présentée par la vieille à la capuche cornue, comme celle du Louvre.
Un oiseau blanc se retrouve sur les jarres d´eau.

Sur l´image d´en haut on voit une tête de cochon, à côté d´un homme qui ressemble à un gai aubergiste.
De la dame on passe à un couple, qui s´embourgeoise, d´une toile à l´autre.
On sort de la grotte quelques fois pour voir Saint Antoine dans une ruine, toujours tenté par une femme de blanc vêtue.
Antoine se tient toujours devant sa pierre d´autel qui lui sert de table.

 

 




https://s3.amazonaws.com/magnoliasoft.imageweb/bridgeman/supersize/ch377823.jpg


Mais on retrouve aussi saint Antoine seul, soulagé des tentations charnelles offertes par le démon, dans un paysage assez particulier.
Le paysage, sauf, pour les ruines est quasiment le même :


Un Paysage bien Singulier… Sans Tentation

   

 http://www.museodelprado.es/typo3temp/pics/956a0378eb.jpg


N´est-ce que saint Antoine qui reçoit des pèlerins ou des adeptes ou Teniers représente ici les ermitages des Antonins ?
La seconde image peut rappeler l´ermitage de saint Antoine de Galamus près du Bugarach près de Rennes-le-Château.


http://free-artworks-ls01.gatag.net/images/lgp01a201307081900.jpg


Ce paysage rappelle le défilé de la Pierro-Lys, d'une longueur de 2 km, qui était, avant le XVIII s. infranchissable. Une route y fut construite en 1781 par le curé Félix Armand, ouvrant ainsi la communication vers la haute vallée de l'Aude et le Roussillon. Le lieu concret où la route passe sous un arc creusé à la pioche par le fameux abbé s´appelle depuis le TROU DU CURÉ.

Bien sûr ce paysage ne se retrouve pas qu´ici, en ce point plus ou moins particulier de la géographie française, mais aussi dans un lieu moins touristique, la région minière du Maestrazo du Bas Aragon ( Région qui comme indique son nom était sous la protection du Grand Maître de l´Ordre du Temple ) concrètement après le village de Santa Barbara, dont la centrale thermique alimentait la France.

Ce paysage se retrouve sur le tableau de Teniers suivant : une sainte bien espagnole , qui ne fut jamais ermite ! mais si tentée.  Puis une Marie Madeleine…

 

 

http://www.museodelprado.es/typo3temp/pics/e7b1ccea28.jpg


Sainte Teresa de l´Enfant Jésus dite aussi tout simplement d´Avila

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/6/66/Teniers,_David_the_younger_-_St._Mary_Magdalen_in_Penitence_-_Google_Art_Project.jpg/1024px-Teniers,_David_the_younger_-_St._Mary_Magdalen_in_Penitence_-_Google_Art_Project.jpg

Marie Madeleine Pénitente…sans tentation !

 

Bien sûr les tableaux sur lesquels on voit un autel dans une grotte, avec un refuge adossé, peuvent rapporter

à l´ermitage du Galamus dédié précisément à Saint Antoine.

Saint Antoine, le Grand et Saint Paul de Thèbes

 

Les artistes ont aussi souvent représenté sa rencontre avec saint Paul de Thèbes, peu de temps avant la mort du premier ermite.
Saint Paul serait le premier ermite selon saint Jérôme, c´est donc avec Antoine l'une des figures fondatrices du monachisme.

Sa fête est le 15 janvier pour l´Eglise Romaine, donc deux jours avant  la saint Antoine, le 17 JANVIER.
D'après la Légende dorée, Paul de Thèbes se retira durant soixante ans dans une grotte pour échapper aux persécutions de l'empereur Dèce.

Antoine, apprenant qu'il n'était pas le premier ermite, part rencontrer Paul.
À l'heure du déjeuner, un corbeau, animal médiateur entre la vie et la mort, apporta ce jour là une double ration de pain aux deux hommes et Paul expliqua que c'est ainsi que Dieu lui servait son repas chaque jour. Animal considéré de mauvaise augure le corbeau, qui ne revient pas à bord de l´arche de Noé apparaît dans le premier livre des Rois 17 : 4, Dieu commande aux corbeaux de nourrir le prophète Élie; alors que dans le Nouveau Testament, les corbeaux sont utilisés par Jésus pour montrer la prévoyance de Dieu dans l'Évangile selon Luc 12 :24.

Paul mourut peu de temps après le départ d'Antoine et son corps fut enterré dans une fosse creusée par deux lions.

 

Les tableaux suivants, sans tentation, évoquent la visite de saint Antoine à saint Paul. Le premier fut utilisé par Richard Andrews et Paul Schellenberger dans leur livre :  Le Tombeau de Dieu, dans lequel ces deux chercheurs de trésors concluent que le tombeau du Christ est sous le Cardou.

Bien sûr l´ermitage du Galamus est près de Saint-Paul-de-Fenouillet et les gorges furent creusées par l´Agly, (aigle ?) le fleuve qui prend sa source au col de Linas, près du Pech de Bugarach dans les Corbières, département de l'Aude. Il arrose Saint-Paul-de-Fenouillet, puis passe à Estagel où il reçoit le Verdouble ( double ration ?), avant de se jeter dans la Méditerranée.

 

https://farm4.staticflickr.com/3394/3537745001_5db010fc9d_b.jpg 

 http://www.dorotheum.com/typo3temp/pics/f28bbaa180.jpg

http://www.cromleck-de-rennes.com/images/raven.jpg
A comparer avec la suivante…sans Paul…les tentations reviennent.

http://shijieminghua.com//uploads/allimg/c110227/12bQ15013N40-3J37.jpg
 

http://www.thearttribune.com/IMG/jpg/Teniers_Ermites.jpg

A Shugborough Hall…


Copie d´Anne Margaret Coke, vicomtesse d´Anson à Shugborough Hall, là où nous avons une autre copie, mais inversée des Bergers d´Arcadie de Nicolas Poussin.
Un portrait que Thomas Hudson fit à la fille de cette femme la montre tenant un de ses dessins : la première version de bergers de Poussin.(
Voir )
 
Lady Elizabeth Yorke Anson tenant un dessin représentant  le Dante de Carlo Dolci puis le Poussin



  http://www.lecoindelenigme.com/image/anson.jpg
 

Saint Antoine Visitant Saint Paul avec deux Rennes et un Ecureuil …

http://www.lecoindelenigme.com/gen-mecenes-32_archivos/image025.jpg


Deux Rennes et un écureuil ( fouquet ) sur un chariot ( brouette) visitent le potager de saint Paul.
Les deux personnages conversent devant la Maison de Dieu, marquée par la croix… le jardin du curé de campagne ? Un troisième chemine sur le sentier.



D´autres Grottes chez Teniers

Pour Teniers les grottes sont aussi  l´Enfers des mauvais riches, et des lieux de sorcellerie, comme nous pouvons apprécier sur les deux œuvres suivantes. Est-ce pour cela que lorsqu´il situe saint Antoine dans l´une d´elles il est tenté par ses monstres ?


http://m.flikie.com/ImageData/WallPapers/03dbba4d27a54af6844273f7e1a68881.jpg    
Arrivée du Mauvais Riche aux Enfers

http://www.fineart-china.com/upload1/file-admin/images/new25/David%20Teniers%20the%20Younger-946599.jpg
Sorcière


Ce ne peut pas être une allusion à Asmodée qui ne « régnera » sur Rennes -Le-Château que bien plus tard, mais si à une mode, ou courrant de pensée, qui faisait pousser des jardins initiatiques où pyramides, tombeaux, cénotaphe et grottes, étaient très prisés.
( voir ma page :
OSER - VOULOIR - SAVOIR - SE TAIRE  et celle de Catherine Pierdat :  UN TOMBEAU EN ARCADIE ou les Jardins Initiatiques)



Les Bergers de Teniers, « Hermitage » sans Tentation…mais avec Bergère !



Il s´agit de deux tableaux nommés Bergère et Berger qui s´accolent parfaitement, formant en son centre un monticule qui peut rappeler le lieu dit Tombeau des Pontils vers Serres, c´est à dire le méridien saint-sulpicien.
Il y a bien deux pâtres gardant leurs respectifs moutons sur chaque toile, alors que les personnages centraux jouent de la musique, lui couronné de lierre,
plante d´immortalité et elle trop coquette pour une simple bergère, même musicienne.
Rappelons ici qu´ à cette époque les riches aimaient à jouer les pâtres bucoliques.

 

Suite : Que Vient-il Faire dans cette Affaire ?  ou  "La Découverte de Pâris" par Teniers