Le Coin de l´Enigme : Bizarreries dans l´Art

Est-ce bien Marie Madeleine et non Jean ? ( 2 )
Léonard de Vinci et Juan de Juanes




http://www.lecoindelenigme.com/commentaire5-bis_archivos/image001.jpg





Mais s´agit-il de Marie Madeleine sur la Cène de Vinci ?

Sur le mur de Milan le visage du personnage, assis à droite de Jésus, est aussi flou que celui de ce dernier. Les couleurs des habits sont inversées.

Cette personne est la seule de la Cène à rester impassible tout comme le fait Jésus.
Pouvons nous, sur les restes conservés à Milan, certifier qu´il s´agisse d´une femme et non d´un très jeune éphèbe ?
( Dans le chapitre antérieur nous l´avons déjà fait en étudiant
les copies de cette Cène. )

A vous de juger avec la suite…

 A gauche la figure de Jean ou Marie Madeleine à droite la Vierge aux Rochers que j´ai légèrement incliné :

  


Une Autre Femme ?

Il y a une autre femme représentée de laquelle on ne parle jamais, elle se tient debout à notre droite,
près de l´apôtre qui  fait avec l´index «  le geste de Jean-Baptiste », officiellement il s´agirait de Thomas, le jumeaux !
 
Qui est cette femme :  Marie Madeleine ou s´agit-il de Marthe, sa sœur  ?
Puisqu´il y en a quelques uns qui ont quitté leur place et se retrouvent debout, il est possible que la femme en profita pour enlever les restes du repas déjà fini.
Pourtant Juda qui officiellement est le premier à quitter les lieux est encore attablé, puis ils ne serait plus douze !

Cette figure serait mise à la place de Philippe.
Par la suite nous verrons, que pour obtenir la
clef définitive du message, retransmis à travers les âges par la Cène de Vinci,
il nous faut remplacer ce Philippe par Marthe, pour que la phrase ait un sens.


Juda n´est pas assis où traditionnellement on est habitué à le voir, c´est à dire au bout et à gauche de la table, par rapport à Jésus.
Par contre il a une main sur sa bource tandis que l´autre se tend vers le pain.
Celle-ci copie exactement le même geste que la main droite de Jésus, une autre image «
miroir » .

C´est vrai que l´espace laissé entre Jésus et le personnage à sa droite, est attirant : on y voit un grand M formé, unissant ces deux personnes.
 Mais ce détail sert-il, à lui seul, à  justifier et confirmer l´identité de Marie Madeleine ?

Revenons sur cette personne indéterminée. Une main est placée menaçante sous son cou.
Main dont les doigts se tiennent unis à Milan, mais plus à Tongerlo !
Le décolleté a aussi changé : arrondi à Milan, ( comme celui de Jésus et du personnage que lui tourne le dos que l´on associe généralement à Vinci lui-même,
mais dans ce cas sans le bijou central ) et visiblement carré à Tongerlo,
où seul l´index se tient droit tandis que les autres doigts semblent vouloir glisser sous l´ouverture de l´habit, ce qui rend le col apparemment carré.
Le seul décolleté carré avec le personnage barbu « Vinci ».

D´un autre côté, derrière Juda on voit un couteau, soutenu par une main, mais beaucoup pensent qu´il y a une main de trop !
Celle-ci reteindrait le poigné de Pierre. Que signifierait cette grossière erreur de la part de Léonard, le grand Maître ?

La lutte moral entre nos désirs et nos actes ? Celle que tient la conscience et notre inconscient, nos réflexes?
Ou est-ce sa façon de nous transmettre 500 ans après que les paroles de Pierre, envers ce personnage, n´étaient pas douces ?
On ne tua pas physiquement cette personne, on se contenta de la rendre muette !

Quoi qu´il en soit il plasma une main tenant un couteau. Mais la cape de peinture étant si dégradée, ne peut-il pas s´agir d´un effet optique tout simplement ?
Voyez le schéma de Léonard (au bas)

Si on regarde la Cène de Tongerlo, c´est bien une femme qui est  ainsi menacée, tandis que celle qui se tient debout n´est plus qu´un homme aux fines mains.
Est-ce Marie Madeleine que représenta le grand Génie de la peinture ? Femme dont la tête se tient au même niveau que celle de Pierre ?
C´est bien possible… examinons pour cela les
Cènes de Juan de Juanes ou Joan de Joanes.

    
 
Schéma de Vinci pour sa Cène :  saint Pierre et Philippe/ Marthe.
 Au Centre bras pour Pierre à la Royales Library de Windsor Castel


Les Cènes de Juan de Juanes
La traditionnelle avec saint Jean au Prado

http://electingthepope.net/wp-content/uploads/2013/03/800px-%C3%9Altima_Cena_-_Juan_de_Juanes-1.jpg
La Cène Juan de Juanes du Prado, la plus connue mais aussi la plus traditionnelle :

Juda est au bout de la table, bourse en main, côté gauche de Jésus, prêt à partir s´il le faut. C´est  un rouquin au nez crochu et en habit vert et jaune.
Vert a pour valeur le 5 qui représente l´Homme ; le Jaune est associé au chiffre 4, la terre. Donc on a ici Juda, un homme dominé par le matérialisme.

L´apôtre derrière Jean, Jacques le Mineur, montre avec ses deux index l´auréole de ce premier où le nom est inscrit. Les auréoles sont absentes chez Vinci.
Ce Jacques regarde Thomas, le Jumeau, à qui il ressemble comme vu dans un miroir.

Le Graal de Valence est bien sur la table, Jean à gauche de Jésus et Pierre, bien calme, à sa droite, comme héritier.
Tout deux en vert adoptant la même pose, chacun marqué par un pilier.
A part les index tout est très normal, conventionnel, traditionnel.

  

Eucharistie de Juan de Juanes à Valence
qui reprend le Christ de la Cène du Prado


Cène avec Marie Madeleine à la place de Jean

Cène avec Marie-Madeleine à l´Eglise de saint Pierre, martyr et de saint Nicolas, évêque de Valencia dans cette ville.


 

Marie Madeleine est assise à gauche de Jésus. Sa main en forme de M comme celle de l´apôtre placé derrière elle, saint Jacques, le frère de Jésus. 2 M ou MM ?
Pierre semble très fâché ! Quant à Juda il n´a fait que se déplacer du même coté que Pierre, à droite du Messie.
De l´autre côté de la table on murmure à l´oreille. Le plat est plein de nourriture intacte. Jésus regarde la femme à la fois qu´il passe un bras autour d´elle.

Ses couleurs : Blanc et Rouge => 9 + 2 = 11, la Force du Tarot ou 1 + 1 = 2, la Papesse
Jésus en Noir et Rouge => 0 + 2 = 2, qui ajouté au 11 de la femme, donne 13, la Mort, arcane du Tarot
Ils sont assis côte à côte : on obtient le nombre de l´initié soit 22 !

Les deux personnages unis, sans répétition des tons, ont comme valeur numérique le 4 ( 2 + 2 ), le matériel, l´arcane de l´Empereur
Si on compte ses personnages comme un ensemble nous avons à nouveau le 11, la Force ( soit Noir, Blanc et Rouge => 0 + 9 + 2 )

Juda ne porte plus le vert, mais le bleu qui a pour valeur le 6, l´Amoureux ou le lien entre Haut et Bas.
Il faut ajouter à ce 6, le 4 du jaune et le 1 du marron de sa bourse, et nous retrouvons le 11, la Force.
Juda regarde la femme, tous deux représentent le 11 = 22 à nouveau.
Ajoutons  le numéro de Juda avec le 4 du couple => 11 + 4 = XV, le Diable !

Ajoutons à ce 11 central formé par nos deux personnages, les couleurs de Pierre, le 5, Vert, nous aurons la Maison de Dieu, le XVI.
( 0 + 9 + 2 + 5 = 16 ) (sans répétition des tons)
La tour qui s´effrite touchée par la Colère divine et provoque la chute des hommes.

Pierre, ici, alors que sur la Cène du Prado, la Cène conventionnelle, n´ est habillé qu´en Vert ( 5 ), porte le Rouge en cape
L´Homme, recouvert d´une cape d´Amour. Sa somme est  7, le Chariot avec ses deux chevaux qui le tirent dans des sens opposés.
En contraste avec Madeleine enrobée d´Amour et de Pureté.
Remarquons que le rouge de Jésus est plus présent du côté féminin.

Pierre puise sa force des personnages centraux, le Message de Jésus et sa misogynie.
Alors que la femme resta aux pieds du Christ, lui, se cacha. 


S´il  vient d´annoncer sa prochaine disparition, il est juste de penser, qu´il vient de nommer son successeur.
Le couple central est triste et personne n´a encore touché aux aliments.
Cela semble plus important que de savoir qui va le trahir. Juda est placé avec les mécontents et regarde la femme.
Pourtant calice et hostie rappellent qu´il s´agit de l´eucharistie

Ils portent tous leurs auréoles sauf trois personnes. Jésus, Marie Madeleine et un troisième placé à côté de Juda, Jean ?
Ceux-ci rayonnent. Juda n´étant pas saint n´en coiffe jamais.
Ce personnage auréolé aux couleurs identiques mais inversées par rapport à Pierre regarde Jésus et dans le même sens que Juda.

Ses couleurs : 5 + 2 = 7 ajoutons les au nombre 11 de Juda ou de Marie aussi => 18, la Lune
Les
qualités physiques de notre satellite font que, sans produire de lumière, elle reflète celle du soleil, et contribuent ainsi  à forger un symbolisme dual :
d'un côté le Soleil, source de lumière, actif, le Père / de l'autre la Lune, reflet de lumière, réceptif, la Mère


Passons au langage des mains :
Pierre ne montre que sa main gauche celle qui prend, qui reçoit. Marie par contre sa droite, celle qui donne, et la porte sur son cœur.
Jésus donne l´Eucharistie, son corps, et prend Marie Madeleine.
La Bourse de Juda est dans sa main droite, il voulait donner son argent aux pauvres.

Remarquez le pain en forme d´alliance sur la nappe nouée et le nœud qui sépare l´eau du vin au sol.
Ceci rappelle les noces de Canaan, son premier miracle ou l´eau se transforma en vin. Ici ces deux éléments sont dissociés.
Le vin côté Jésus ; l´eau côté Marie, qui par ses larmes symbolisait les sources.
Remarquons aussi l´orange coupée en deux sur la nappe : être la mie-orange de quelqu´un…en Espagne cela signifie être sa moitié, son amour.

Il n´y a qu´une coupe en verre sur la table, celle-ci est placée devant Juda !
La Cène a comme décore deux colonnes.

Il n´y a qu´un personnage qui nous regarde sur notre gauche, c´est le portrait de saint Vincent Ferrer, patron de Valence.
 Normalement il est toujours représenté index pointé au ciel, ce n´est pas le cas ici.

Juan de Juanes était de Valence ( Espagne ) donc il connaît très bien le saint Graal de la chapelle, du même nom, de  la cathédrale de Santa Maria à Valence.
Qu´il dessina toujours ! Pourtant sur la table nous n´avons qu´ un  simple calice. Calice qui peut être considérer comme une coupe de vin.
Et s´il y en a qu´une alors Jésus et Marie boivent de la même coupe, coupe du mariage !
Coupe de l´Alliance s´il y a accord, ce qui ne semble pas être le cas des autres apôtres.
 

Le nœud de la nappe :

LE NŒUD : le nœud est en rapport symbolique avec le double concept de la délivrance et du lien.
Son premier sens désigne l´union et la fidélité , mais aussi le bannissement.
La résolution du nœud est le signe de la libération de certaines forces, ou de la libération de l´être même.
Le plus fameux est sans doute le nœud gordien.( voir la légende du roi  Gordos et d´Alexandre le Grand.)
Rompre ce nœud désigne une solution inattendue  et violente à un problème, jusqu´alors réputé insoluble.
Le nœud de l´amour symbolise les fiançailles, il n´est pas aussi solide que l´anneau du mariage et peut se rompre.
Les nœuds peuvent également  représenter le symbole contraire, celui de la séparation.
Le nœud symbolise aussi une naissance :
Le père nouait une ceinture à la taille de sa femme en déclarant qu´il lui a fait un nœud pour le défaire ensuite et lui rendre son accouchement plus facile ( Pline –23-79-)


Cène avec Saint Jean au Musée de la cathédrale de Valence




 Le calme règne ici, Jean est à sa place tout comme Juda, le Graal, le vin, le repas fini etc.…
 Pierre qui fait un M avec sa main.


Cène du Musée des Beaux Arts de Valence, avec Marie Madeleine debout,
ou Scène durant la Cène

http://www.lecoindelenigme.com/image/escena_MM.jpg
Etrange scène durant la Cène aux Beaux Arts de Valencia

C´est le titre que je lui ai donné pour la distinguer des autres.
Juda trempe son pain, il se révèle comme traître par ce simple geste, donc Jésus vient d´annoncer sa mort prochaine.
Aucun « disciple bien-aimé » se tient au creux des bras du Messie. Le repas est presque terminé.
Cette fois, comme chez Vinci,
Marie Madeleine / Jean se retrouve du même côté que Juda, à la droite du Seigneur.
 Juda, qui n´est plus rouquin ici, mange dans le même plat que Jésus, il est tranquille trop tranquille,
malgré l´annonce qui vient d´être faite de sa prochaine trahison et en plus la bource n´est pas visible.
Ceci rapporte à l´ évangile de Jean, mais aussi à l´
apocryphe de Juda.


Marie Madeleine, parle-t-elle à l´oreille de Jésus ou vient-elle de l´embrasser ?  Cette dernière option est tirée de l´ apocryphe de Philippe.
Mais dans l´évangile canonique de Jean, Pierre demande au disciple bien aimée de bien vouloir prier Jésus pour qu´il révèle le nom du traite.
Pour cela Marie / Jean montre Pierre de la main.
 Pourtant on retient un furieux personnage, « jumeau » de Pierre avec tunique jaune à notre droite.

Jaune et Noir soit 4 et 0, Monde Matériel, l´Empereur.
Son image miroir porte le Noir et le Blanc soit 0 + 9 = l´Hermite du Tarot
Mais pour suivre la gematrie des couleurs passons à une image plus nette côté pigments


 
Puis revenons au personnage retenu, à Pierre et à son image miroir.
Celui-ci n´a pas nuancé ses coloris, comme le fait celui assis à gauche du Christ si : c´est du bleu foncé et non plus du Noir
4 + 6 = 10,  la RouX ou si on réduit, on a le Bateleur, le débutant avec ses grelots et son bâton à la main, monde sexuel influant.
Nous sommes nous trompées en associant ces deux personnages ?
 Si on ajoute les valeurs numériques de ces deux là on obtient le nombre 19, les Gémeaux du Tarot !

Notons que Pierre est en peinture très souvent représenté avec les mêmes teintures : Bleu et Jaune
Ici elles sont INVERSEES par rapport  aux Pierre de chez Nicolas Poussin : Le matériel enrobé de spiritualité ou le spirituel cachant le matérialisme.
Et pour son image miroir : la pureté extérieure cachant un fond négroïde.
 
 Le Pierre de la gauche du Seigneur porte les couleurs, également inversées, de Juda, si on considère ce Gris comme Bleuté
Mais, voyons le Gris a pour valeur le 8 et 8 + 4 = 12, le PENDU !

Passons aux personnages qui semblent être source de discorde :
Jésus avec Bleu et Rouge => 6 + 2 = 8, La Justice ...Divine, comme l´Arcane du tarot puisque son épée se tient droite et perpendiculaire.
Marie Madeleine : Rouge et  Noir => 2 + 0 = 2, la PAPESSE ! Une fois encore !
Par la somme des deux on obtient un 10, la RouX de la Fortune, cet Arcane renvoie à Pierre celui en tunique jaune.
Les trois personnages donnent le 20 = 8 + 2 + 10 , le Jugement, lame sur laquelle on aperçoit trois humains, l´un d´eux étant une femme.
Ce personnage menaçant se permet donc de juger

On pourrait aussi prendre cette cape noire de Marie pour un vert foncé, examinons ce cas
Rouge et Vert => 2 + 5 = 7, le Chariot, le voyage, mais dans quel sens ?
Puisque Marie Madeleine nous montre l´autre Pierre, l´Hermite. Le 9 est la graine qui germe du Haut en Bas.
Du Negredo à l´Albedo alchimique, passant par le Rubedo.

 
Anonyme, école italienne

   
Bernardino Lanino, La Dernière Cène, fresque, Eglise San Nazaro, Milan, 1555


Agrandissez l´image et remarquez les signes de l´androgyne sacré faits par les doigts

Il y a une femme assise également à droite de Jésus dont les gestes des mains rappellent ceux du Christ de Vinci.
Leurs bras se croisent et nous remarquons la présence d´un petit chien, symbole de fidélité, dans la même ligne que Jésus.
La bourse de Juda, assis à l´opposé est dessinée par sa cape. Etudions ses couleurs :
Jaune, Bleu et Rouge => 4 + 6 + 2 = 12, le Pendu est-ce par hasard ?

Voyons le couple principal :
Marie Madeleine en Rouge => 2, à nouveau la Papesse.
Jésus : Rouge Vert et Bleu => 2 + 5 + 6 = 13, la Mort
Ce 13 correspond au résulta de la somme des deux personnages centraux.

Le personnage immédiatement à gauche du Seigneur montre de son doigt le Haut.
On ne sait trop qui est Pierre, car deux personnages très ressemblants on leur main sur la poitrine et semble dire : « Est-ce moi ? »

Un homme, à notre gauche, le plus ressemblant à Jésus, tourne le dos à Juda et il fait de sa main le chiffre 2.
Ses vêtements  rassemblent bon nombre de tintes, certaines assez difficiles de saisir, voyons :

Rouge, Blanc, Jaune puis Marron et Gris ou Vert
( 2 + 9 + 4 ) + 1 + 8 = 15 + 9 = 24 => 6 ; Le Diable et l´Hermite => L´Amoureux
( 2 + 9 + 4 ) + 1 + 5 = 15 + 6 = 21 ; Le Diable et l´Amoureux = Le Monde
Remarquons que le Diable du Tarot est Androgyne comme l´est également la figure centrale du dernier Arcane et on comprend alors ces deux doigts.
On peut aussi considérer que le Marron n´est que du Jaune foncé alors il nous faudra retrancher  1 aux deux additions, on aura alors
Le Pape soit 5 et le Jugement !

Je vous laisse méditer.

 Cet exemple de l´école italienne sert d´exemple illustratif pour conclure que Vinci et Juan de Juanes plus tard,
 ne sont pas les seuls à représenter Madeleine à table au moment de l´Eucharistie.
Chose que la gematrie des couleurs confirme aussi, dévoilant l´esprit et les croyances de l´artiste.

 
Notons : quand la femme est présente, le Graal disparaît !

Des Cènes de Juan de Juanes, nous remarquons que lorsque Marie Madeleine est placée à droite de Jésus il n´y a ni Graal, ni calice sur la table !
Si Juan de Juanes peignit une Madeleine assise à côté de Jésus, on peut aussi conclure que l´ énigmatique personnage sur la Cène de Vinci fut aussi cette même femme. D´ailleurs il suffit d´une petite translation pour que….


http://www.lecoindelenigme.com/commentaire5-bis_archivos/image001.jpg      


Le Génie Moqueur de Vinci, ou Quand Marie Madeleine Prend la Place de Jean

Nous avons remarqué des St Jean ressemblant à Marie Madeleine, mais celle-ci prendre la place du premier sur les Derniers Repas ;
« Bizarrement »  quand cette sainte femme est placée à droite du Messie, c´est le chahut comme chez Léonard.
La droite étant le côté de l´Elu, du bon larron, c´est là qu´officiellement on place  Pierre, alors que Jean, le Préféré est toujours à gauche du Seigneur.
Et pour cause, car l´église est souvent le commanditaire de l´œuvre.


De Vinci
sépare énormément Jésus de Marie Madeleine. Cette coupure, peu esthétique, est importante en symbolisme.
Elle annonce un déchirure au sein des apôtres, les avis sont partagés. ( Voir Vinci
la Clef Maîtresse de la Cène de Léonard )

Cette coupure dessine un vase, une coupe ou Graal, qui est bien absent sur la table, comme nous avons déjà signaler plusieurs fois.
 Mais aussi un grand M, formé par Jésus et Marie.


Que se passe-t-il si on translate la femme à la traditionnelle place de Jean sur le Vinci ? Que les deux figures s´accouplent parfaitement !
La Madeleine se retrouve alors du côté du vilain larron. Mais ce côté est aussi celui du cœur du disciple Bien-aimé
Le calme reviendrait sur scène…comme sur les tableaux du valencien Juan de Juanes

Remarquez alors que Juda et sa bourse, restent à droite de Jésus ! Léonard avait-il lu l´évangile de cet apôtre, redécouvert de nos jours ?

Mais le fait de représenter Marie de Magdala sur les Cènes est-ce si bizarre ?
Car voici une autre image apportée par Camélia , il s´agit du bas relief de l´autel de l´
Eglise d´Ambert en Auvergne.
Notez, ici la présence du calice sur la table.

Et puis….



Eglise de Foix : ici aucun doute c´est bien une femme à notre droite sur cette Cène.



Puis…



Mais il y a plus sur cette Cène de Léonard…
Le couteau dans la main de Pierre, confirmerait un découpage à effectuer, pour comprendre ce qu´à bien voulu transmettre le génie de l´artiste.
Notez que Juda porte un habit bleu ciel comme Marie Madeleine mais son manteau est vert, ce qui ressemble à un vêtement à deux couleurs.
Son épaule nue est quelque peu bizarre…

Suivons la direction de la main sous le cou et faisons une translation.
Si l´on bouge Jean- Marie Madeleine de l´autre côté de Jésus ce vide entre les deux têtes disparaît puisqu´elles s´accouplent parfaitement.
Et avec l´épaule de Juda, nous obtenons un couple penché sur son petit enfant.
Les personnages étaient regroupés par trois, nous avons donc un nouveau trio comme le suggérait Vinci.

Je remercie le
Ratheons de cette page où vous trouverez une autre translation intéressante effectuée sur les bras de Jésus,

 qui ainsi présente Madeleine et son enfant où simplement les élus placés à sa droite.


 
  


Comparez Juda sur la cène gardée à
Tongerlo. copie faite par Giampietrino élève de Vinci et celle du maître .

Moi, j´ai translaté un peu plus et le résultat est le suivant

 

Mais le génie qu´a déployé Léonard ne termine pas ici….

 

Le Mystère de la Seconde Cène

Ainsi en faisant une projection de cette Cène sur un papier calque et en la rapportant sur une photo à la même échelle … puis INVERSONS le calque.
 Les résultats sont surprenants :

-  â l´extrême gauche apparaît un templiers
-  la femme debout semble tenir un agneau
-  l´homme à ses côtés porte une espèce de couronne
-  Jésus est en habit rose et une coupe apparaît devant lui, tandis que le plexus solaire est rouge
-  si on fait glisser cette transparence inversée, alors ce personnage qui tourne le dos au Christ et que l´on identifie à Vinci, nous regarde.
On obtient une ressemblance en procédant de façon identique sur l´autoportrait de Léonard.

Tout ceci est visible sur ce Vidéo .

 

Juan de Juanes et les deux Herman: Llanos et Yáñez

Ces deux espagnols furent élèves de Vinci et on retrouve leurs traces artistiques en Espagne qu´après 1505 à Valence où ils connurent Juan de Juanes et son père.

Ainsi les poses des personnages propres à Vinci furent reprises par Juan de Juanes qui les aurait étudié à travers les copies  apportées par les deux Hernan.
 Ces derniers copièrent par exemple la Madonna en Hiver avec Saint Jean, au paysage différent.
 
       


 En haut Madone au Fuseau par les élèves de Léonard
Au bas les deux premiers tableaux sont de Hernando ou Fernando Yáñez de la Almedina

qui travailla avec Hernando Llanos ( dits les deux Hernandos ) au retable de l´autel de la cathédrale de Valence
Ce dernier fit l´autre version de la Madone au Fuseau

  

Un autre titre de ce tableau est celui de Vierge au Fuseau, alors ce que tient l´enfant et aussi bien une croix à l´endroit qu´une croix à l´envers !
Jean ou le petit Jésus portant sa croix ? alors que le Baptiste porte un agneau.
Ceci est inversé chez Léonard : Vierge Aux Rochers où Jean Baptiste porte une croix , alors que sur Sainte Anne, la Vierge et l´Enfant celui-ci porte l´ agneau.
Juan de Juanes n´a pas repris l´erreur


Juan de Juanes, Sainte Famille


 
 A vrai dire les historiens ne sont pas d´accord sur le fait de savoir si Juan de Juanes aurait personnellement voyagé en Italie ou pas.
Ce qui serait normal pour un apprentissage de l´époque et même souhaitable de nos jours encore.
Les biographies de ce peintre, si connu dans ce pays, diffèrent totalement sur ce point.

 Qu´importe puisqu´ avec l´œuvre bien conservée de Juan de Juanes, nous pouvons dire que représenter Marie Madeleine sur une Sainte Cène n´est pas un fait si exceptionnel, et donc que les lectures, les connaissances, les croyances « hérétiques » que pouvait avoir Léonard, furent partagées par d´autres.
Croyances qui sont antérieures à ce géni. Géni qui eut le culot d´être le premier à les léguer sur le mur d´un couvent à Milan.
Cette façon de voir les choses, cette place accordée à Marie Madeleine dans la peinture fut très bien accueillie par la noblesse française,
 qui manda copier ce chef-d´œuvre, mais aussi par les monarques d´Aragon et Sicile, comme nous avions vu au chapitre précédant.



http://img684.imageshack.us/img684/6892/ngelcustodiongelguardip.jpg

Ange Gardien de Juan de Juanes

Il sauvegarde la couronne du royaume, quand traditionnellement il protège un enfant. Qui est cet enfant ?
Car c´est  l´épée spirituelle qu´il tient, celle qui fait le Roi ( Voir  les symboles du Graal )
Porteur de la tunique et cape rouge. Ecarlate protégé par un blanc manteau qui laisse son genoux découvert
La croix de saint André sur la poitrine, comme « Cygne » sur le cœur

Cet ange est le symbole tant du règne d´Aragon (contenant Sicile, liée à la couronne de Jérusalem), comme de sa ville, Valence, gardienne aujourd´hui du Graal.

( Voir
L´Escorial ou le Château du Roi de Sion )

Avons nous repondu à la question :  s´agit-il de Marie Madeleine sur la Cène de Vinci ?
Ecoutons Philippe, qui nous dit dans son evangile apocryphe :


"Et la compagne du fils est Marie Madeleine. Le Seigneur l'aimait plus que tous les disciples et il l'embrassait souvent sur la bouche.
 Les disciples le voyaient et ils lui dirent : Pourquoi l'aimes-tu plus que nous tous ? Le Sauveur répondit et leur dit :
Comment se fait-il que je ne vous aime pas autant qu'elle ?
Un aveugle et quelqu'un qui voit, quand ils sont tous deux dans l'obscurité ne se distinguent pas l'un de l'autre.
Si la lumière vient, alors celui qui voit verra la lumière alors que celui qui est aveugle demeurera dans l'obscurité".


Un autre passage dit :
" Il y a le fils de l'Homme, et il y a le fils du fils de l'Homme.
Le Seigneur est le fils de l'Homme, et le fils du Fils de l'Homme est celui qui a été fait par le fils de l'Homme.
Le fils de l'Homme a reçu de Dieu le pouvoir de créer, et aussi la possibilité d'engendrer".

Alors ces collages miroirs de la Cène de Vinci sont-ils si farfellus que ça ? Léonard est un géni


Puis :

« Pourquoi l'aimes-tu plus que nous tous ? Le Sauveur répondit et leur dit : Comment se fait-il que je ne vous aime pas autant qu'elle ?
Un aveugle et quelqu'un qui voit, quand ils sont tous deux dans l'obscurité ne se distinguent pas l'un de l'autre.
Si la lumière vient, alors celui qui voit verra la lumière alors que celui qui est aveugle demeurera dans l'obscurité ».

(Evangile selon Philippe)

«Pierre, tu es depuis toujours porté à la colère, et maintenant je te vois débattre avec la femme comme si c’était un adversaire.

Pourtant, si le Sauveur l’a rendue digne, qui es-tu, toi, pour la rejeter?
Assurément, c’est sans faille que le Seigneur la connaît, c’est pourquoi il l’a aimée plus que nous»

( Evangile de Marie, p. 18,7-15 ).

 « Jésus leur dit, mon épouse …» [après discutions des disciples sur la convenance et la dignité de Marie, Jésus ajoute] « elle peut-être un de mes disciples »
(Extrait du papyrus dit Evangile de l´Epouse de Jésus, trouvé le 19 sept.2012, écrite dans un langage copte du sud d´Egypte combiné avec des caractères grecs )
Avant le III s. personne ne doutait de l´état civil de Jésus, ce ne fut qu´après qu´on réclamât le célibat comme forme plus élevée de vertu chrétienne,
à la fois que la vie sexuelle, le mariage, n´est considéré qu´un moyen de reproduction.



Suivre : La Cène de Vinci par Nicolas Poussin ou le Reflet des Courants Politico-Religieux
 
Ou Suivre : La Joconde