CEUX QUI LUTTENT AVEC DIEU - II



 


PELERINS, CHEVALIERS ET TEMPLES



Bruce Chatwin nous dit qu´en sanscrit, peregrinar ( faire un pèlerinage, avec PERE, pierre) a le même sens que JOUER AUX CHEQUES,
 c´est à dire « arriver à l´autre extrême ». Nous voyageons donc pour arriver de l´autre côté, plus loin, au bout.

Là est tout le secret, le secret de la marche.



HERMES l´ARCADIEN

 

C´est donc le martyrologe de Florus qui fit de Compostelle ce qu´elle est aujourd´hui : le Chemin des oies, ces animaux d´Hermès, le Chemin de saint Jacques. Nous avons vu que pour beaucoup de raisons Jacques prend la place d´Hermès.

 

est le dieu du commerce, le gardien des routes et des carrefours, des voyageurs, des voleurs, le conducteur des âmes aux Enfers et le messager des dieux.  C´est hermêneús, l´« interprète » de Zeus; Argiphonte , « tueur d'Argos »aux cent yeux. On l´appelle aussi « lumière blanche, éblouissant », guide des héros et « Psychopompe » conducteur d´âmes vers Hades.

Hermès


On le nommait également Hermai « des bornes en pierre », placées le long des routes, qui étaient surmontées de la tête du dieu et portaient, en leur centre et en relief, ses attributs virils.

En effet il était coutume de placer des empilements de pierres en son honneur aux carrefours, bornes du Chemin : chaque voyageur ajoutait une pierre à l'édifice. Ce que fait le pèlerin arrivé au sommet du Mont
Irago, à la Cruz de Ferro, il suit un rituel jacobin  qui se base sur la tradition qui dit que ces cailloux chanteront nos louanges le jour du Jugement Dernier. Ces tas de pierres laissés par les itinérants d´appellent des MONT-JOYES

D´ailleurs c´est arrivé au Mont  de la Joie que l´on aperçoit la ville de Compostelle, Champs d´Etoile entre deux fleuves, le Sar et le Sarela. Le Sar est à l'Orient, entre le mont de la Joie et la ville ; le Sarela à l'Occident. ( Sar, étoile)


Les offrandes préférées d'Hermès, comme dieu des orateurs, sont le lait mêlé de miel et les langues d'animaux !

Durant l´Antiquité un mois lui fut consacré Hermaios (mi-octobre à mi-novembre). Ce qui l´associe à la fête des morts. À Athènes, au troisième jour des Anthestéries, une offrande de gruau de graines est consacrée à Hermès Chtonien.

Hermès est célébré sous le nom de Kadmilos au sanctuaire des Grands Dieux de Samothrace comme le compagnon d'Axieros-Déméter, ou Cérès, la Grande Mère.

Après la guerre de Troyes, où il participa, comme Santiago Matamoros, c'est lui qui amène Hélène en Égypte.

Là il sera confondu avec THOT,le dieu des savoirs cachés, et deviendra ainsi l'auteur mythique, sous le nom d'Hermès trois fois le plus grand, ou Hermès Trismégiste, d'une véritable bibliothèque ésotérique qui nourrira notamment les études des alchimistes du Moyen Âge.


Ses attributs : le pétase, c´est à dire un chapeau rond, comme celui de saint Jacques ;  le caducée, bâton des pèlerins, ; les sandales ailées, indispensables pour la marche à pied ; le strigile, instrument utilisé par les gymnastes pour se racler le corps, faire sa toilette , et la bourse d'argent. Sans doute c´est le pèlerin !




Cruz de Ferro sur le Chemin de Compostelle

 

Hermès est un voleur : Un soir, en Piérie, il vola les troupeaux de son demi-frère Apollon. Quand Apollon découvre son voleur, Hermès le charme en jouant de la lyre ; Apollon lui donne en échange de l'instrument, son troupeau, une baguette d'or, futur caducée et le don de prophétie mineure grâce aux cailloux utilisés pour la divination; il le fait également maître de l'oracle des Thries , dont les prêtresses sont des femmes-ABEILLES !

C´est bien sur le champs d´Herm, il ne pouvait en être autrement, actuellement place Delille, au cœur de la France que fut prêchée la première croisade.
 


Chartres
L´ange signal le début de l´année maçonnique
 le signe du Bélier régent des mois de Nissam, Mars

DE PAPES A SAINT FLOUR

U
RBAIN II,  pape promoteur de la première croisade, après avoir suscité par ses discours enflammés, le besoin d´aller libérer le tombeau du Christ, séjourna à Saint-Flour où il  consacrera la première église romane incluse dans le Prieuré bénédictin de cette ville.

Puis CALIXTE II, viendra à son tour en 1119 prier sur le tombeau de saint Flour.  Par une bulle  il confirmera les privilèges, déjà accordés par le pape Urbain II à l’abbaye bénédictine d’Aurillac, fondée par le Comte Géraud en 894, et plus spécialement le droit d’immédiateté au Pape. Ce droit donnait une indépendance telle à l’abbé qu’il se considérait comme ayant une autorité supérieure à celle d’un évêque.

Calixte II fut le pape qui en 1119 institua le Chemin de Compostelle


GERAUD D´AURILLAC LE PREMIER MOINE GUERRIER

Jetons un  coup d´œil à ce Géraud. GERAUD D´AURILLAC, qui possédant le titre de comte donna la terre à ses serfs. Il ne voulut jamais se marier, et dissimulait sa tonsure sous une coiffure, indicatif de sa noblesse. A cette époque les seigneurs portaient les cheveux longs  car les cheveux tondus étaient une marque de servitude.
 

Géraud fonda  donc vers 885 l’abbaye d’Aurillac à laquelle il donna, par  testament et par codicille en 898, tout son domaine.

Il repoussa les offres de son parent le duc d’AQUITAINE GUILLAUME I, dit le Pieux qui lui proposait de placer sa fondation sous sa protection. Ce duc fondera CLUNY sur le même modèle qu’Aurillac. Géraud avait tenu à rendre sa fondation autonome des hiérarchies féodales et ecclésiastiques en la mettant sous la protection directe du pape et du roi qui lui accordèrent chacun un diplômes d’immunité.

À la fin de sa vie, Géraud d’Aurillac devint aveugle.
Géraud fut déclaré saint par la voix populaire. C’est un des premiers exemples de canonisation dont le sujet sans avoir subi le martyre ou être entré dans les ordres, devient saint.

Géraud est l’homme riche et puissant qui, sans renoncer à ses fonctions, met la force et la richesse au service des faibles et des pauvres. C’est sans doute le premier modèle du chevalier chrétien : un MOINE GUERRIER, un TEMPLIER avant le Temple.( mort en 909 )

Cette abbaye d´Aurillac était restée en contact avec la Catalogne, foyer intellectuel de premier plan où étaient conservées de nombreuses copies d’œuvres antiques.



GERBERT D’AURILLAC, SYLVESTRE II


C’est dans l’abbaye fondée par Géraud que le jeune GERBERT D’AURILLAC, sera instruit et s’initiera à la vie monastique. Extrêmement savant, il deviendra pape à l’époque de l’Ans Mil sous le nom de SYLVESTRE II .

Ce pâtre, que des moines de l'abbaye d'Aurillac remarquèrent quand il  observait le ciel à l'aide d'une branche de sureau évidée[,[ est entré dans la cour des grands par la porte du savoir. C´est le premier pape français !

Après sa mort, l'Église oublie qu'elle avait tenu son pouvoir durant des siècles par la maîtrise du savoir et  se montre méfiante vis-à-vis des érudits, la légende naquit :  on raconte alors qu'avant de mourir Sylvain II confessa avoir connu le démon « Diane ». Bizarre non !? Légende, leyenda, ce qu´il faut savoir lire… dans ce cas Rome refuse la lumière, qu´elle qualifie de diabolique. Rappelons nous d´Orion et Diane de Nicolas Poussin.

Sylvestre fut le précurseur de GALILEE, il rapporta de ses nombreux voyages l´astrolabe , d´origine grecque.  Grâce à cet instrument il expliqua le fonctionnement du système solaire, plus de 500 ans avant l´italien.

C´est encore lui qui instaura le système décimal, dit arabe mais qui résulterait être indien, avec le tout nouveau ZERO. Ceci facilite les calculs qui seront nécessaires pour la construction des grandes cathédrales gothiques. C´est aussi Sylvestre qui à l´aide d´un bâton et de son ombre mesure les hauteurs des  tours.

Il écrit des traités de la division et de la multiplication, par exemple le Libellus multiplicationum que Gerbert adresse à CONSTANTIN DE FLEURY qu´il nommait « son Théophile ».

Il révolutionna aussi la musique
qui était comprise comme la deuxième branche des Mathématiques. Nous verrons par la suite que cette musique est importante pour les églises.



QUELQUES SAINTS DU 4 NOVEMBRE

Gerbert est un auvergnat né à Belliac, commune de SAINT SIMON, traversée par la JORDANNE. Or Simon est fêté le même jour que saint Flour, que JESSE, ( père du futur roi David, l´arbre de Jessé  que nous reverrons à Compostelle avec le rituel ) et que Saint Vital et Agricola !

Saint VITAL était l'esclave de saint AGRICOLA. Ils furent ensuite compagnons dans le martyre. Saint Vital mourut d'épuisement au milieu des tortures et saint Agricola fut cloué sur une croix. Quelques années plus tard, SAINT AMBROISE, il ne pouvait s´agire que lui, quand on a affaire à des couple de saints ! recueillera leurs reliques et dédicacera même une église à Florence en leur honneur
.

Saint Simon qui rapporte à saint Pierre à la pierre de construction des temples. Il existe aussi un saint SIMON FOU DE DIEU, plus tardif,  qui dès son jeune âge, décida d'être " fou de Dieu ", loin de toute sagesse humaine. Habillé d'une pauvre chemise, hiver comme été, il servait les habitants en leur ramassant du bois et se faisait payer, juste de quoi vivre, supportant les moqueries et les humiliations. Son audace à dire la vérité, irrita le nouveau prince, qui le fit bastonner au point que saint Simon en mourut. On ne peut que penser au FOU du TAROT !  ou au FOI DU ROI que nous avons déjà rencontré.
 



LES NEUF INCONNUS

Il est de tous connu que Sylvestre II possédait une tête de bronze qui répondait par oui ou non aux questions qu’il lui posait sur la politique et la situation générale de la chrétienté. Selon Sylvestre II (volume CXXXIX de la Patrologie latine de Migne) il s’agissait d’un automate au procédé fort simple qui correspondait au calcul binaires. Un analogue de nos machines modernes. Cette « tête magique » fut détruite à sa mort, et les connaissances rapportées par lui de l´Inde soigneusement dissimulées.

Cette « tête parlante » serait une preuve d´un lien existant entre ce pape et la Société des Neuf Inconnus.

C´est vers l´ans 270 a.v JC qu´Asoka monta sur le trône d´une Inde unifiée par ses antécesseurs. Il veut suivre leur exemple et annexer les régions voisines. La guerre commence, mais le roi est dégoûté par le nombre de victimes.

 

Il se met à penser et conclut que la seule vraie conquête et celle du cœur des hommes car «  la Majesté Sacrée désire que tous les êtres animés jouissent de la sécurité, de la liberté à disposer d’eux-mêmes, de la paix et du bonheur. »

Cette paix bienheureuse ne peut se produire qu´avec l´ignorance. Mais que faire du savoir de la science ? Il fonda alors une société de sages chargée de conserver dans le secret cette connaissance : les Neuf Inconnus. Neuf  anonymes pour neuf livres de science spécifique, chacun d´un chargeait de le transmettre à son héritier.

Le Baphonet des templiers serait-il une autre tête parlante ? Le crâne étant déjà le symbole de la connaissance ésotérique, cachée. Les premiers chevaliers du Temple de Jérusalem étaient aussi au nombre de 9 !


 

SAINT FLORIUS

Revenons à Saint Florus, qui donna son nom à cette ville auvergnate. Le nouveau pape Jean XXII, Jacques d’Euze ou Dueze, troisième français à chausser les sandales de Pierre, mais à Avignon, succédant ainsi à BERTRAND DE GOT, avait une de ses sœurs, Marie Dueze, mariée à  PIERRE DE LA VIE dont la famille était propriétaire d’immeubles à Saint-Flour. Il demanda à Bernard Gui ou Guide, qui sera doyen d’Albi dix ans plus tard (1290), puis de CARCASSONNE, personnage devenu populaire par le livre d´ Umberto Eco, le Nom de la Rose, d´écrire l´histoire de ce saint Florius.

Ce Florius fut l´un des 72 disciples de Jésus, l´un des premiers à christianiser la France, avec plus de succès que saint Jacques en Espagne.  Il fut envoyé par saint Pierre pour évangéliser la NARBONNAISE romaine, puis sur ordre divine, il se rendit chez les Arvernes et c'est là qu'il donna sa vie à Dieu.

Saint Flour qui en occitan se dit Sant Flor, ( fleur ) est aussi appelé Saint Cloue ! Ce qui rappelle Flore aussi appelé Chloris, qui était très célébrée à Rome, puisqu´elle favorisait les récoltes.  Flore qui donna son nom aux fleurs, habitait les îles fortunées, les Canaries de nos jours.  Là où passeront les anciennes MERIDIENNES officielles. Mais aussi saint Agricola qui fut cloué selon sa légende.



RETOUR AUX SOURCES

Un flamine particulier, Flamen Floralis,  était consacré à Flore, c´est à dire un  prêtre romain voué au culte d’un seul dieu. Il n´y avait que 15 de ces flamines qui portaient l’apex, un bonnet conique en cuir blanc : 3 majeurs et 12 mineurs. De ces dernières la première  déité citée  dans les listes par son importance c´est Carmenta qui fut une prophétesse d´ARCADIE aimée par MERCURE/ Hermès  elle eut Evandre. Mère et fils voyageront en Italie où ils seront accueillis par FAUNUS. Cette Carmenta c´est aussi Thémis la mère des Moires, plus connues sous le nom de Parques, celles qui tissent le file de la vie et le coupent.

CARMENTA était accompagnée de deux Camènes : Antevorta (ou Anteverta, ou Prorsa, ou Porrima), la fée du passé, et Postvorta (ou Postverta, ou Postuorta, ou Postuerta )la fée de l’avenir. Après sa mort à l’âge de 110 ans, elle fut admise parmi les dieux Indigètes de Rome. On la représente comme une déesse des eaux, sous les traits d’une jeune fille dont les cheveux, qui frisent naturellement, retombent par anneaux sur les épaules ; elle porte une couronne de fèves, et près d’elle se trouve une harpe, symbole de son caractère prophétique. Sa fête, les Carmentalia, avait lieu les 11 et 15 Janvier.
C´est la Madeleine et les deux Marie. Salomé étant la mère de Jacques.

EVANDRE apporta dans ses bagages l´enseignement de l´agriculture et des lettres ajoutant à ceci sa sagesse, il fut respecté des aborigènes qui, sans l’avoir pris pour roi, lui obéirent comme à un ami des dieux. Il bâtit à Cérès le premier temple sur le mont Palatin. On pense que c´est lui, Évandre qui apporta en Italie le culte de la plupart des divinités des Grecs, qui institua les premiers SALIENS.

Quelques mythologues sont persuadés que c’était Évandre qu’on honorait dans SATURNE, et que son règne fut l’âge d’or de l’Italie.

Un autre flamine était dédié à PORTUNUS, était le dieu des portes et des clés, protecteur des entrepôts de blé des bords du Tibre.

Ces derniers personnages rappellent Janus à qui aucun flamine n´était dédié. On semble s´être éloigné de nos bâtisseurs de cathédrales , mais pas du tout en fait. Chaque églises est un navire inversé, une arche de pierre, qui contient des reliques et des tombeaux  ou Arcas.



JANUS PATRON DES CONSTRUCTEURS


 
Janus

Médaillon du Zodiac d´Amiens



Janus,  qui revient si souvent dans l´œuvre de Poussin est le dieu des Solstices, celui des deux portes,( son nom viendrait  de janua, porte en latin, selon Tertullien ) celui du principe et de la fin,  mais aussi le patron des constructeurs romains.

Le solstice d´été s´appelait alors,
janua inferni, Porte de l´Enfer, ou humaine, alors que celui d´hivers se nommait janua coeli, ou Porte des Cieux, des Dieux. Ce dieu à deux visages était pour les maçons romains la porte de l´initiation et ses mystères. Cette dévotion fut transmisse aux constructeurs de cathédrales du Moyen-Âge, qui passant par le filtre catholique se transforma en culte des deux Jean.

En effet nos Jean marquent aussi les solstices : Jean le Baptiste, le décapité, fêté les 21 juin, ouvre la porte à l´été et Jean l´évangéliste, l´immortel,  le 27 décembre , à l´hiver.

Pour cette raison souvent saint Jean est représenté avec les attributs des deux personnages bibliques à la fois, c´est à dire agneau et livre.

Ainsi ces deux Jean accompagnent souvent Jésus. Ils symbolisent ainsi à la fois les deux étapes du Sauveur :  le début de son ministère et la fin, aussi bien sa mort comme sa nouvelle Venue, décrite dans l´Apocalypse, comme ils ouvrent les deux phases du cycle annuel, symbole réduit du cycle universel du Temps et son histoire.

Sur les Jugements Derniers sortis des mains des artistes le Baptiste est assis du côté de l´Enfer et Jean du côté du Paradis.

Le prénom Jean vient de l´hébreux, « 
Yohanân », Dieu a fait grâce.

Les représentations de Janus sont assez fréquentes sur  les murs de nos cathédrales,  mais toujours associées avec le zodiaque.


Donc avec le rythme des saisons, des récoltes, des travaux des champs, des cycles planétaires.

Les romains le représente tenant d’une main une clef, et de l’autre une verge, pour marquer qu’il est le gardien des portes (januae) et qu’il préside aux chemins. Car à lui seul  Janus gouverne la vaste étendue de l’univers. Il préside aux portes du ciel, comme saint Pierre.

Janus se fit un bateau et arriva en Italie où il construisit une ville : c´est un bâtisseur ! qui connaît l´art de la nautique.

Saturne, chassé du ciel, se réfugia au pays de Janus, où  il fut  bien accueilli, tant et si bien que Janus l’associa même à sa royauté. Par reconnaissance, le dieu détrôné de l´Olympe le doua d’une rare prudence qui rendait le passé et l’avenir toujours présents à ses yeux, ce qu’on a exprimé en le représentant avec deux visages tournés en sens contraires. Don de vision de prophétie, comme Carmentis qui venait d´ARCADIE. ( Carmentis vient de Carmen, Chant Magique)

Dans ce sens c´est un peu Salomon qui régna avec le don de  la sagesse cadeau de Yahvé. Lui aussi était supposé voir le futur à l´aide de ses objets magiques, et avoir un démon à ses ordres : ASMODEE, constructeur de son temple d´après les légendes.

 

Enfin, certains lui attribuent pour parèdre l’antique déesse Jana ou Diana, et voient dans ce couple de divinités exclusivement latines un parfait équivalent de celui formé en Grèce par Apollon et Artémis, à laquelle Diana fut rapidement identifiée. Diane le démon de Sylvestre II.

Diane, Artémis, Eos…celle qui ouvre les yeux ! Comme nous avons constaté avec l´étude des tableaux de  Nicolas Poussin.

Sur le revers de ses médailles de Janus on voyait un navire ou simplement une proue, en mémoire de l’arrivée de Saturne en Italie sur un vaisseau, donnant naissance à l´Âge d´OR.

A Compostelle les deux personnages qui reçoivent les pèlerins qui vont franchire le grand portique de Gloire de la cathédrale ce sont Salomon, la Sagesse et son père David avec sa lyre, don de prophétie.

 

Il y a tout un rituel pour entrer et pouvoir regarder l´Arca de l´apôtre, mais d´abord jetons un coup d´œil aux portes latérales.


A Chartres


LES DEUX PORTES, ou LE BLANC et  LE NOIR

LA PORTE NORD dite Francigena ou Porte de France, car jusqu´à elle arrivait le chemin français. La place de devant s´appelle de l´Immaculée mais aussi de l´AZABACHERIA, car c´est là que les artisans travaillaient le JAIS ou azabache.  Cette porte est aussi appelée porte du PARADIS devant laquelle coulait une fontaine pour purifier les pèlerins.

PORTE SUD ou de LA PLATERIA, le Portail des Orfèvres, car il s’y faisait le commerce de bijoux d’argent, plata en espagnol.
Sur le tympan de gauche, la Tentation de Jésus dans le désert. Sur la droite, on voit une femme à demi-dévêtue qui porte un crâne sur ses genoux
…Marie Madeleine….son autre  tentation ?

Cette scène ferait référence à une légende initiatique d'origine templière ou cathare. La légende dit : «  qu'il y eu une pucelle qui serait tombée enceinte, alors qu’elle assurait ne pas avoir eu de contact avec un homme. Ses pères l'ont tuée pour dissimuler la honte et ils l'ont enterrée. Une fois enterrée une
tête sortait de la tombe et elle prédisait le futur des hommes. Cette pucelle ne prie pas à genoux mais est assise sur deux de lions. Le sujet est répété dans la cathédrale, dans un chapiteau du déambulatoire ; au lieu de crâne elle soutient une tête monstrueuse. »

Les pèlerins entraient par la porte Nord de Azabachería comme symbole de ce qui est noir et sortaient purifiés par la porte Sud de Platerías, comme symbole de ce qui est blanc.



LA FIGA ou HIGA…la MAIN NOIRE..COUPEE



C´est le souvenir que les pèlerins devaient se procurer, pour éloigner le Mal d´ œil, un mal que possèdent certaines personnes et qui le transmettent par le regard. Il s´agit d´ une main en jais fermée dont le pouce se trouve entre l´index et le majeur.

La Figa ou higa c´est le nom populaire pour le sexe féminin, qui est comparé à une  figue.
La croyance populaire disait que pour éloigner le diable, la femme devait lui montrer son sexe. Ce qui choque avec les dires de l´Eglise qui voyaient toutes les femmes comme  créatures démoniaques,  copulant avec la Bête.


Le jais est sensé protéger contre les catarrhes oculaires, donc guérit la VUE.
A part protéger les yeux, il fait fuir les serpents, dénonce la présence des démons et permet de prouver la virginité des jouvencelles.

 

Paradoxalement, il brûle avec de l'eau et s'éteint avec de l'huile.


Ce symbole fut interdit pas l´Eglise, à cause de son contenu  jugé trop païen.


Le Jais c´est la pierre du Capricorne, de l´hiver, symbole de la REGENERATION du bois, en charbon puis en JAIS. La Figue c´est aussi le fruit de Dionysos, dieu de l´hiver, associé aux Enfers, par sa couleur rouge. Le figuier est associé à la vie cachée dans le monde méditerranéen, car il pousse spontanément là où il y a de l'eau souterraine et révèle les sources.

 

RITUELS JACOBINS: ALCHIMIE DU CŒUR

PORTE SAINTE OU DES PARDONS : Elle ne s´ouvre que la veille du jubilé, le 31 décembre et restera battante toute l´année. Elle est présidée par l´apôtre Jacques et ses deux disciples : Athanase et Théodore. De chaque côté de celle-ci  24 saints ce qui leurs vaut le nom des 27 de la porte sainte : “Os vintesete da Porta Santa.

Le Jubilé Xacobino a lieu les années où la saint Jacques, le 25 juillet tombe un dimanche c´est à dire tous les 6, 11, 6, et 5 ans.



Portique de Gloire


LE PORTIQUE DE GLOIRE:   Donnant sur la grande place de l´ OBRADOIRO ( de obra, œuvre et oiro, or en galicien ) ; œuvre d’or, nom très alchimique, qui annonce la suite.

Entourant l´arc central, le Paradis puis l´Enfer, l´Apocalypse de Jean .C´est là que saint Jacques reçoit les pèlerins, au dessus de lui le Pantocrator entouré de musiciens. Le tout appuyé sur une colonne qui représente l´arbre de Jesse. Celle-ci repose sur un ensemble de monstres dominés par un  GEANT !

C´est au pied de cet arbre qu´il faut poser la main, pour solliciter les 5  grâces ou désires. Le pilier est d´ailleurs fort usé à cet endroit. La pierre a été modelée par les milliers de pèlerins.

Puis, on  passera à la partie postérieure de cette colonne, là nous attend Maître Mateo connu comme : O Santo dos Croques”.  Devant cette figure qui surveille l´autel, nous allons nous cogner la tête sur son front, 3 fois ! pour recevoir de lui  sagesse et prudence.

Ensuite il faut se diriger vers l´autel du côté droit, celui de la Conscience, de l´Enfer et  monter derrière celui-ci pour embrasser la gigantesque image de saint Jacques. Une étoile d´or en relief sur son dos vient se poser sur notre plexus solaire, notre cœur.

Ce n´est qu´alors que l´on pourra voir l´arche où reposent ses restes, la Mort, sous ce même autel, l´entrée se situe du côté gauche, celui du chemin de l´inconscience, du Paradis.


Maître Mateo

Il ne nous reste plus qu´à écouter la messe à midi, celle du pèlerin pour voir le Botafumeiro,  le roi des encensoirs comme le nomma Victor Hugo, se balancer dangereusement des voûtes d´un transept  à l´autre, en parfait équilibre : droite / gauche ; conscient / inconscient.  

Il y a toute une symbolique très spirituelle, attachée à cet objet qui nous est expliquée au debout de la messe;  mais aussi une version plus pratique.

Au Moyen- Âge, l´église donnait asile la nuit aux pèlerins,  comme la toilette n´était pas trop à la mode, pour remédier aux odeurs humaines, on parfumait l´ambiance de façon cérémonieuse.

LA TAU DU CHEMIN

Juste sous le Pantocrator, le  saint Jacques du portique de Gloire, celui qui reçoit les pèlerins, porte une canne terminée en TAU.

Cette Tau, nom grecque de la dernière lettre de l´alphabet hébreux, c´est notre T. T de tombeau, de mort.

Les franciscains et les antonins portaient ce symbole, eux qui soignaient les malades du Chemins, offraient cette croix particulière comme amulette aux voyageurs. En effet cette Tau, était  considéré comme signe de protection contre les maladies et les dangers divers du Chemin comme les bandits. Ces bandits de la Route que l´on appelait alors GALLOFOS, ou faux coqs, puisque en habits de pèlerins leur but n´était pas d´atteindre Compostelle, mais la bourse des vrais voyageurs. (Voir
symbole du Coq )

Dès 1161 les Chevaliers de saint Jacques protégeaient les itinérants, portant une croix rouge en forme d´épée, centrée d´une coquille ou VIEIRA sur leur blancs manteaux.

Ce signe de conversion, pénitence, élection et protection, était fait sur le front des enfants juifs.

D´après  Ezéchiel:
" Ne fait aucun mal au porteur du sceau de tau ".  Ce qui rappelle le signe de Caïn.  La Tau c´est un augure du « bien vivre et de mieux mourir ».

Ce portail de Gloire, relate le Jugement Dernier, c´est l´Apocalypse. 7 : 3 
«  Ne faites point de mal à la terre, ni à la mer, ni aux arbres, jusqu'à ce que nous ayons marqué du sceau le front des serviteurs de notre Dieu ».

  

C´est bien le front que l´on cognera sur celui de Maître Mateo, après avoir placé sa main au dessus du géant.

Ce signe d´après URBAIN IV serait une Tau.  Pourtant il y a aussi une marque faite aussi bien sur le front que sur la main, c´est celle de la Bête
…. « ceux qui n'avaient pas adoré la bête ni son image, et qui n'avaient pas reçu la marque sur leur front et sur leur main. Ils revinrent à la vie, et ils régnèrent avec Christ pendant mille ans. »

POLARITE  ET LUMIERE

La Bête, scellée sous le temple, c´est  la Wieuvre, les Dragons aquatiques, n´oublions pas que chaque temple est une caisse de résonance tellurique , c´est le GEANT qui soutient le temple et apaise les monstres de l´entrée, nos démons, sous l´arbre de Jesse. C´est aussi l´Asmodée de RENNES-LE-CHATEAU au dessus duquel on trempe la main, pour faire le signe par lequel il sera vaincu.

Après libre à nous de suivre le chemin de l´Inconscience ou celui de la conscience. C´est à dire faire un tour dans notre cervelle. Cette caisse de résonance qui est comme notre Crâne. Le Crâne du jeu de l´Oie, jeu de l´ouïe , jeu qui mène à la Gloire et au-delà., qui ouvre notre cœur.

La musique appartient aux  mathématiques, ses vibrations ne nous laissent pas indifférents, ni physiquement, ni spirituellement. Elle apaise, stimule, soigne ; elle crée, c´est le VERBE. Cette Musique se retrouve sculptée en pierre avec les musiciens du portique de Gloire. La pierre vibre, elle vie, elle chante, c´est Hermès jouant sa lyre, c´est Carmen la déesse aquatique, couronnée de fèves .

La FEVE de la galette des rois, de l´épiphanie du début Janvier comme la fête de Carmen notre reine couronnée. Cette fève dont les origines symboliques remontent à l´Egypte antique par sa forme rappelle celle d'un embryon ou vie future.
Un champs de fève
n'était autre que le lieu où les morts attendaient leur résurrection. Et nous sommes bien au tombeau de Jacques.
Elle contient l´ âmes des morts, pour le monde grecque. D´ailleurs Pythagore préféra se tuer au combat que de traverser un champ de fève.  Le Jugement Dernier pour un chrétien !
Fèves noires et fèves blanches servaient de bulletins de vote pour toutes les élections, chez les hébreux…les élus iront aux paradis. Donc Carmen a bien sa place ici à côté d´Hermès. Comme la Vierge avec Jésus, ou celui-ci avec Madeleine et son crâne, mais aussi Jacques et Salomé à côté de l´autel.


 

Ce temple, auquel nous sommes arrivés en suivant la vieira,  cette crypte ou sépulcre naturel,  cette coquille saint Jacques qui n´est autre que celle d´Aphrodite- Venus, la gardienne du Chemin, la protectrice de ceux qui cherchent la lumière.

C´est l´étoile Venus si ambiguë, à la fois Amour et Démon ; Vue et obscurité.
Mais cette obscurité est nécessaire pour que la graine germe.

C´est le miracle du chevalier qui au Finisterre tomba à la mer avec sa monture et son armure. Evoquant le saint, il ressortit de l´écume sain et sauf, à la lumière solaire, chargé de vieiras, signe d´Amour et de vie après la mort.

Il fut sauvé par un saint patron qui façonne la pierre. Et c´est bien jusqu´à la mer, au Finisterre que nous devons arriver, à Noia. Case 63 = 6+3 = 9 ; fin de la RouX. (L´Auvergne a pour numero le 63 !)

Cette pierre vibrante et creuse, qu´est la cathédrale, notre crâne, reçoit la lumière pour la transmettre aux pèlerins, c´est LE VERBE GENERATEUR DE LUMIERE. Ici aussi ce Mystère de la Lumière est  matérialisé de façon symbolique aux deux équinoxes ( 21 mars et 22 septembre ) lorsqu´un rayon le soleil illumine, le cycle de la Nativité. C´est un phénomène redécouvert  très ressemant qui se répète  le long du Chemin. Les équinoxes étant les moments de l'année où le jour et la nuit sont approximativement de même durée. La balance est équilibrée. LES POMMES BLEUES DE COMPOSTELLE !



Quand on a compris, au moins, cela on ne peut que s´émerveiller devant tant de savoir.
Ce savoir ancestral que détenait Maître Mateo, qui n´est qu´un architecte parmi tant d´autres, érudits  possesseurs de connaissances .
 Connaître la vérité nous rend libre, car savoir, c´est pouvoir. Et ce pouvoir dérange


Comme il semble que la vraie connaissance à toujours déranger les Dieux
Alors Maître Mateo est un lutteur de Dieu



Le Secret,  pour autrui, ne vaut pas ce que valent les pas qui m´ y conduisent. Ces pas sont nécessaires.
J.L.Borges 



SUITE : LES SEIGNEURS DU SEPULCRE DE GRASSET D´ORCET
 ET …  LE 17 JANVIER CHEZ POUSSIN !